Congo-Brazzaville: l’opposant Paulin Makaya empêché de quitter le pays

L’aéroport Maya-Maya de Brazzaville au Congo, en 2010.
© Wikimedia / Unsonique

Paulin Makaya, a été bloqué à Brazzaville par la police des frontières, vendredi 28 septembre. L'opposant congolais qui vient de passer trois ans en prison assure qu'il allait prendre l'avion pour revoir sa femme et ses enfants et se faire soigner, après une incarcération dans de dures conditions.

L'opposant a présenté son passeport britannique, la double nationalité étant reconnue dans le pays, mais n’a pas pu prendre l’avion. Un refus surprise au motif qu’il n'avait pas d’autorisation de sortie du territoire, assure l’opposant. Une explication catégoriquement démentie par le ministre congolais de l'Intérieur : on ne lui a pas refusé de voyager pour ce motif, mais parce qu'il n'a pas présenté son passeport congolais, affirme-t-il.

Pour Raymond Zephiryn Mboulou, les choses sont claires, Paulin Makaya a été arrêté, emprisonné et libéré en tant que congolais et il est également président d'un parti politique congolais. Il peut, dit-il, se présenter à l'aéroport sur l'heure s'il veut avec son passeport du pays et il pourra alors sortir du pays sans aucun problème. « Nous lui demandons la justification de la nationalité, c'est tout », glisse le ministre.

« Que ceux qui ont l’effectivité du pouvoir se ressaisissent ».

Paulin Makaya dénonce un prétexte, un « faux-fuyant ». Il réaffirme que les officiers de police lui ont « parlé d’une autorisation de sortie » et rappelle que le ministre de l’Intérieur n’était pas présent au moment des faits.

« Ils ont même mis en doute mes noms ! Mais c’est gravissime ça, c’est inacceptable », s’emporte l’opposant, qui pense « que l’heure est arrivée pour que ceux qui ont l’effectivité du pouvoir se ressaisissent ».

Un bras-de-fer semble de nouveau engagé entre les deux parties. L'opposant congolais qui se sent dans son bon droit, annonce qu'il va se représenter la semaine prochaine à l'aéroport international de Brazzaville pour une nouvelle tentative. Le ministre de l'Intérieur assure qu'il devra présenter dans ce cas son passeport local.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.