Afrique du Sud: le témoignage du ministre des Finances sème le trouble

Le ministre des Finances Nhlanhla Nene est le premier ministre à témoigner devant la commission d'enquête sur la corruption au sommet de l'Etat.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

La commission d’enquête sur la « capture de l’Etat » a entendu mercredi 3 octobre le témoignage de Nhlanhla Nene. L’actuel ministre des Finances sud-africain avait été limogé de ce même poste en 2015 par Jacob Zuma, et son renvoi avait soulevé un immense tollé à l’époque. Mais face à la commission, il a fait des déclarations contradictoires sur ses relations avec la famille Gupta.

En Afrique du Sud, Nhlanhla Nene est le premier ministre en exercice à témoigner devant la commission d’enquête sur la corruption au sommet de l’Etat.

Jusque-là considéré comme l’une des victimes de Jacob Zuma et de la famille Gupta, le ministre des Finances a pourtant révélé avoir rencontré très régulièrement les frères Gupta lorsqu’il était en poste.

Devant la commission d’enquête, Nhlanhla Nene a d'abord raconté comment Jacob Zuma l’a limogé en 2015, pour s’être opposé à plusieurs grands projets « qui allaient bénéficier à la famille Gupta » dont un juteux contrat nucléaire avec la Russie. Il a admis ensuite s’être rendu à plusieurs reprises chez les membres de la fameuse fratrie.

Des déclarations qui contredisent une interview de 2016, dans laquelle le ministre des Finances jurait n’avoir fait que croiser ces sulfureux personnages lors d’« événements publics ». Nhlanhla Nene a continué ses visites aux frères Gupta même après 2013, alors que le ministère des Finances venait de lancer une enquête sur les activités de la famille, soupçonnée de corruption.

Ces déclarations contradictoires ont semé le trouble. D’autant que le leader de gauche radicale Julius Malema multiplie les critiques contre le ministre des Finances depuis quelques jours, en l’accusant d’être « un corrompu » à la solde des Gupta.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.