Migrants: le Maroc rejette les centres de rétentions voulus par l’Europe

Des migrants en provenance du Maroc traversent le détroit de Gibraltar vers Tarifa en Espagne, le 27 juillet 2018.
© REUTERS/Jon Nazca

Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères l'a fait savoir officiellement dans ses déclarations au quotidien allemand Die Welt. Il a critiqué l'attitude européenne dans ce dossier.

Le Maroc n'est pas prêt à établir sur son territoire des centres où les migrants seraient accueillis le temps de déterminer s'ils sont autorisés ou non à pénétrer en Europe, indique le ministre marocain des Affaires étrangères.

Selon Nasser Bourita, ce genre de centres de rétention et de tri pour migrants est contre-productif. Il souligne qu'aucune offre financière à titre de compensation ne le ferait changer d'avis à cet égard et que « c'est trop facile de dire simplement que c'est une opportunité pour le Maroc ». Pour le ministre, l’attitude européenne sur cette question  a plutôt tendance à accroitre le problème de la migration.

Dans le cadre de leur lutte contre les migrations clandestines, les pays européens ont multiplié ces derniers mois, les démarches avec les pays de l'Afrique du Nord. Mais aucun des pays approchés n’a manifesté d'intérêt pour la mise en œuvre de centres de rétentions sur leur territoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.