Le Dr Mukwege, Nobel de la paix: «Le monde reconnaît notre combat»

Le Dr Denis Mukwege ici à l'hôpital de Panzi, le 18 mars 2015.
© Marc JOURDIER / AFP

Le prix Nobel de la paix 2018 a été décerné, ce vendredi 5 octobre, à deux lauréats : le gynécologue congolais Denis Mukwege et l'activiste yézidie Nadia Mourad. Ils sont récompensés pour leur combat contre les viols de guerre.  Tous deux ont dédié leur prix aux centaines de milliers de femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits. Kinshasa salue cette distinction.

Le Dr Denis Mukwege a appris vendredi 5 octobre qu’il était co-lauréat du prix Nobel de la paix 2018 dans la salle d’opération de sa clinique de Panzi où la nouvelle a été accueillie avec grande fierté comme dans le reste de la République démocratique du Congo. L’annonce du comité Nobel a été accueillie par des youyous à l’hôpital de Panzi.

C’est une ambiance de folie, beaucoup de joie et de soulagement. Ça vient à un moment critique pour notre pays, Un moment où il y a beaucoup de viols de masse, de tueries.

Docteur Rheema Rukumghu, gynécologue depuis dix ans à l'hôpital Panzi de Bukavu, l'hôpital du docteur Mukwege
05-10-2018 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Le nouveau prix Nobel de la paix s’est exprimé devant des milliers de survivantes des viols et violences sexuelles au Sud-Kivu. Habillé en blouse blanche avec un grand sourire aux lèvres et visiblement satisfait, il était accompagné de sa femme. Et au lieu de se mettre à la tribune réservée pour cette occasion, le docteur Denis Mukwege s’est placé au milieu de ces survivantes pour s’exprimer. Et quand il a ouvert sa bouche, sa première phrase c’était tout simplement : « J’ai la joie, car le monde reconnaît les combats que nous menons depuis tout ce temps en faveur des femmes victimes, actuellement survivantes de viols et violences sexuelles en République démocratique du Congo ».

Il a aussi ajouté : « Comme notre combat est reconnu, nous demandons maintenant une réparation ». Car selon lui, il ne suffit pas seulement de reconnaître son combat, mais aussi il faut une réparation en faveur de ces victimes de viols et violence sexuelles en République démocratique du Congo, particulièrement dans l’est du pays.

Kinshasa « félicite » le Dr Mukwege

Par la voix de son porte-parole Lambert Mende, le gouvernement congolais a également félicité le Dr. Mugwege, malgré ses prises de position radicales contre le président Joseph Kabila.

Cette distinction honore non seulement tous ceux qui travaillent avec lui mais aussi toute la République démocratique du Congo qui a continué aussi d’ailleurs à souffrir de ces violences imposées à nos sœurs, à nos femmes, à nos filles et nous lesquelles nous sommes tous mobilisés aujourd’hui, que ce soit au niveau des médecins comme lui, au niveau des politiques, au niveau de l’armée, qui continuent à se battre contre les groupes armés qui ont transformé cette partie de la République dans une sorte d’enfer où les violences sexuelles deviennent une sorte d’arme de guerre. Nous sommes vraiment honorés par cette marque de distinction du comité Nobel d’Oslo.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement: «Cette distinction honore la RDC»
05-10-2018 - Par Léa-Lisa Westerhoff

En 2016 en effet, face à l'absence d'élections comme prévu par la Constitution, il avait appelé à une transition sans le président Joseph Kabila. Plus récemment, en juillet dernier, Denis Mukwege avait émis des doutes sur la fiabilité des élections qui doivent se tenir le 23 décembre prochain. Mais lui-même a toujours démenti vouloir faire de la politique. Il se définit plutôt comme un citoyen engagé.

Pour Martin Fayulu, candidat de l'opposition à la présidentielle, l'espoir c'est que ce prix Nobel de la paix donne de la visibilité à son combat de médecin mais aussi, justement, à ses combats de citoyens. Et notamment aux critiques qu'il a récemment formulées sur l'organisation des élections.

Félicitations au docteur d'avoir mis sa voix parce que sa voix n'est pas la voix de n'importe qui. Et ce prix Nobel a encore donné de la force à sa voix.

Martin Fayulu, candidat de l'opposition à la présidentielle
05-10-2018 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Une reconnaissance difficile

Son engagement lui a en tout cas valu d'être menacé à plusieurs reprises. En octobre 2012, le Dr Mukwege est victime d’une agression alors qu’il rentre chez lui en plein centre de Bukavu. Son gardien est abattu à bout portant, sa voiture est incendiée. Le médecin, lui, est ligoté, avant que les gens du quartier ne se portent à son secours. Depuis, dans le Sud-Kivu, le Dr Mukwege ne se déplace plus que sous la garde de casques bleus. Une protection dont n'a pas pu bénéficier l'un de ses proches collaborateurs, le Dr Gildo Byamungu, assassiné en avril 2017 par trois balles dans le corps. Le médecin avait été formé par le Dr Mukwege.

Denis Mukwege n’est pas un habitué de la capitale. Il y a encore quelques années, il n’était pas très connu à Kinshasa. Les nombreux prix glanés à travers le monde, son plaidoyer en faveur des femmes violées dans l’est de la RDC, son engagement citoyen et surtout son positionnement contre les dirigeants congolais actuels, ont boosté sa popularité à Kinshasa. Mais vendredi, les Kinois interrogés sont contents de l'attribution du prix Nobel de la Paix à Denis Mukwege. Ils ressentent de la fierté pour celui qu'on surnomme l'homme qui réparent les femmes.

C'est une fierté pour nous les Congolais.

Ecoutez les réactions à Kinshasa
05-10-2018 - Par Patient Ligodi
Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix - édition spéciale 18h30 TU
05-10-2018

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.