Republier
Madagascar

Madagascar: 22 candidats appellent la Céni à rouvrir la liste électorale

L'urne dans laquelle les Malgaches déposeront leurs bulletins de vote. (Image d'illustration)
© Bilal Tarabey / RFI

A Madagascar, jeudi 5 octobre en fin d'après-midi, 22 des 36 candidats à l'élection présidentielle ont cosigné une déclaration dans laquelle ils exhortent la Commission électorale nationale et indépendante (Céni) et les autorités malgaches à rouvrir la liste électorale pour y inclure les citoyens oubliés, entamer un toilettage de la liste et y ôter tous les doublons, ou encore sanctionner les candidats qui ont d'ores et déjà violé la loi durant la pré-campagne. Le collectif des 22 candidats a donné un ultimatum de 24h pour répondre à leurs six requêtes.

Alors que la Céni recevait en grande pompe les bulletins uniques et autres matériels sécurisés pour l'élection vendredi après-midi, au même moment la fronde s'organisait chez les 22 candidats contestataires.

Arlette Ramaroson, candidate numéro 18, fait partie de ceux-là. Elle dénonce une « situation dangereuse ». « On est en train de monter tout un appareil de tricherie. Des faux bulletins, des fausses cartes d'identité, surtout dans les régions reculées, dans les zones rouges, explique-t-elle. Oui, on a des preuves. Par exemple, il y a des cartes d'identité qui circulent. Il y a déjà les empreintes digitales, mais il n'y a pas de nom dessus. La Céni et tous les responsables sont en train d'encourager les tricheries, ils ferment les yeux sur les achats de vote, sur la corruption, puis ils se renvoient la balle. Et la communauté internationale ne voit rien. »

La Céni affirme s'en tenir à la loi

Du côté de la Céni, l'ultimatum n'impressionne guère. Joint par téléphone, son vice-président, Olivier Ramahadison, rappelle que son institution s'en tient à la loi. « La liste électorale a été clôturée au 15 mai. Et elle ne sera rouverte qu'à la date de révision annuelle, le 1er décembre, sauf si une loi intervient d'ici là », détaille-t-il.

Et visiblement,  il y a peu de chances pour que cela soit le cas. La deuxième session ordinaire du Parlement démarrera le 16 octobre prochain. Certains députés réclament même déjà l'ajournement de celle-ci pour ne pas empiéter sur la campagne électorale.

Qu'importe, le collectif se dit déterminé. « Il y a un point très clair, nous ne nous laisserons pas faire. Quitte par exemple à faire arrêter la campagne », affirme Arlette Ramaroson. Les 22 candidats doivent se réunir ce samedi pour décider de la suite de leurs actions.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.