Republier
Mali

Mali: Tabital Pulaaku dénonce le processus de paix entre Peuls et Dogons

Manifestation à l'initiative de la Jeunesse Tabital Pulaaku à Bamako, le 15 mars 2018.
© Annie RISEMBERG / AFP

Au Mali, l'association culturelle peule Tabital Pulaaku dénonce une nouvelle fois le processus de paix entre communautés peule et dogon, initié dans le Centre du pays.

Sous l'égide de l'ONG le Centre pour le dialogue humanitaire, ce processus a été marqué par trois étapes majeures : la signature fin août d’un accord de paix par une trentaine de chefs de villages du cercle de Koro, puis le 27 septembre la signature d’un cessez-le-feu par Youssouf Toloba, l’un des leaders de la milice dogon Da Na Amassagou, et la venue mardi 2 octobre à Mopti du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga.

Mais les violences dans le Centre continuent et en début de semaine Tabital Pulaaku a publié un communiqué pour faire part de ses inquiétudes. « Nous n'accepterons jamais l'intégration des criminels de Da Na Amassagou », écrit l'association qui dénonce l'impunité et demande justice, ajoutant que « Youssouf Toloba et ses complices [de la milice dogon] doivent être jugés à la Cour pénale internationale ». Bien que Tabital Pulaaku ne soit pas associé au dialogue, l'association exprime des préoccupations partagées par certains Peuls du Centre.

« L'Etat ne peut pas se ranger aux côtés des miliciens. »

« Lors de la visite du Premier ministre, Youssouf Toloba et ses hommes ont été accueillis en grande pompe, explique Maître Hassane Barry, médiateur dans le processus de paix. Cela a suscité une certaine inquiétude. Il y a eu des morts. L'Etat ne peut pas se ranger aux côtés des miliciens. »

Pour inciter tous les combattants à déposer les armes, le gouvernement a offert de les intégrer au processus de désarmement lancé en 2015, dans le cadre de l'accord de paix qui a mis fin à la crise dans le Nord. « Certains pourront rejoindre l'armée, d'autres bénéficier de micro-crédits », explique Sidi Alassan Touré, gouverneur de Mopti. Un geste d'apaisement, selon le gouverneur, qui ajoute que « pour autant, ceux qui continuent de tuer des Maliens seront fermement combattus ». Un premier comité de suivi de ce processus de paix doit se réunir ce jeudi, à Mopti.

Le centre du Mali depuis quelques années est secoué par des violences extrêmement aiguës entre différentes communautés ou même à l'intérieur de certaines communautés et on n'a pas vraiment d'interlocuteur légitime qui représente chacune de ces communautés et peut vraiment les contrôler...

Aurélien Tobie, chercheur au Centre international de recherche pour la paix de Stockholm et spécialiste du centre du Mali
09-10-2018 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.