Maroc: la Marine tire une nouvelle fois sur un bateau de migrants

Des migrants sont ramenés par un navire espagnol au port de Tarifa après avoir été secourus en mer près du détroit de Gibraltar, le 23 juin 2017.
© Marcos Moreno / AFP

Pour la deuxième fois en moins de quinze jours, la Marine marocaine a ouvert le feu sur une embarcation transportant des migrants marocains et cherchant à atteindre les côtes espagnoles. Les tirs qui ont eu lieu dans la nuit du mardi à mercredi ont blessé un jeune marocain de 16 ans à l'épaule, selon une source sécuritaire citée par la radiotélévision.

Comme lors de l'incident qui s'est produit le 25 septembre dernier et qui avait alors coûté la vie à Souad, une jeune étudiante marocaine candidate à la migration, la Marine royale marocaine justifie les tirs en dénonçant une « manœuvre hostile » de l'embarcation à moteur. Ce pneumatique transportait 58 migrants dissimulés sous des bâches. Ils ont tous été ramenés à terre et le jeune blessé a été transporté à l'hôpital de Tanger.

La Marine marocaine semble débordée et travaille sous pression. Selon l'agence de presse marocaine (MAP), la Marine royale a porté assistance, depuis mardi, à 15 embarcations pneumatiques en difficulté et ramené, au moins, 366 candidats à la migration sur terre. Mercredi soir, 86 autres passagers marocains sur une embarcation à la dérive ont été récupérés au sud de Tanger.

Confrontés aux difficultés et aux sévices subis par les trafiquants en Libye, confrontés aussi à l'absence des bateaux humanitaires de sauvetage face aux côtes libyennes, des milliers de migrants originaires d'Afrique subsaharienne tentent la traversée de la méditerranée en partant du Royaume chérifien. Le flux migratoire de ceux qui tentent de prendre cette route de la méditeranée occidentale pour arriver en Espagne, ne cesse de s'accroître.

Au cours du seul week-end dernier, plus de 1 800 migrants qui tentaient de traverser la méditerranée ont été secourus par les garde-côtes marocains ou espagnols. Aux migrants subsahariens, se rajoutent cependant des centaines de jeunes marocains qui rêvent de changer leurs conditions de vie en atteignant l'Europe.

La mutation de la voie de passage par mer des migrants de la Libye vers le Maroc se confirme. Aujourd'hui, le Maroc est le pays maghrébin qui enregistre le plus de départs vers l'Europe. L'Espagne est passée première nation européenne en matière d'accueil.

De plus en plus les embarcations de fortune essayent de traverser depuis le sud de Tanger afin de ne pas être repérées par la Marine marocaine et passent par l'Atlantique ce qui rend la traversée plus dangereuse.

Devant l'accélération de ce flux migratoire, Rabat et Madrid semblent perdre patience et pressent Bruxelles de fournir rapidement au Maroc les aides promises.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.