Zimbabwe: des arrestations en marge d’une manifestation contre la vie chère

Vue de Harare, capitale du Zimbabwe.
© Chad Ehlers/Getty Images

Au Zimbabwe, la police a arrêté une vingtaine de personnes ce jeudi matin alors qu’elles s’apprêtaient à manifester contre la vie chère. Il s’agit de dirigeants de la principale confédération syndicale du pays, la ZCTU, qui a appelé à descendre dans la rue pour protester contre l’aggravation de la crise économique. Mais la manifestation a été interdite par les autorités, en raison de l’épidémie de choléra qui sévit dans le pays et qui a déjà fait 49 morts.

Avant même que la manifestation ne démarre ce jeudi matin, la police anti-émeute s’est déployée dans les rues de la capitale Harare. Les principaux leaders syndicaux ont été interpellés, dont Peter Mutasa, président de la ZCTU, arrêté alors qu’il s'apprêtait s’adresser à ses sympathisants devant le siège de la fédération.

La ZCTU a appelé à des manifestations nationales pour protester contre la flambée des prix, contre l'introduction d'un nouvel impôt la semaine et contre les pénuries de produits de base comme le carburant, l'huile, le riz ou encore les médicaments. Depuis l’annonce de cette nouvelle taxe, qui va s’appliquer à toutes transactions électroniques, la situation économique s’est fortement détériorée. Faute de liquidité, la plupart des transactions aujourd'hui se font par carte de crédit.

En effet, depuis plus de dix ans le pays n’a plus de monnaie nationale et utilise le dollar. Comme sa production s’est effondrée, un grand nombre de produits sont importés et il faut payer ces produits en dollars. Des dollars que le gouvernement n’a pas puisqu’il n’exporte quasiment rien. Donc d'un côté, il n’y a pas assez de liquidité et de l'autre une pénurie de produits, et l'on obtient une flambée des prix. Une flambée qui est accentuée par cette taxe.

Ces derniers jours, on a pu voir des restaurants et pharmacies obligés de fermer leurs portes, le carburant être rationné tout comme certaines denrées dans des supermarchés. « Les gens se sont rappelé ce qui s’est passé en 2008, et il y a eu un mouvement de consternation et de panique, analyse l’économiste Prosper Chitambara. Ils se sont dit que cette nouvelle taxe allait provoquer une forte augmentation des prix et ils se sont rués dans les magasins. Cela a alors provoqué une pénurie de produits comme l’huile, le sucre, les boissons ou le pain. La plupart des magasins ont été touchés. Bien sûr les gens sont en colère, car la situation économique est très instable et cela affecte leur vie quotidienne. »

Un phénomène qui rappelle dangereusement la crise de 2008 quand Robert Mugabe était au pouvoir. Et les Zimbabwéens sont d'autant plus impatients que le nouveau président Emmerson Mnangagwa, qui a été élu en juillet, a promis de relancer l'économie mal en point depuis quasiment vingt ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.