Gambie: la Commission vérité et réconciliation officiellement en fonction

Lancement de la commisison vérité et réconciliation sur la dictature de Yahya Jammeh le 15 octobre 2018 à Banjul, en Gambie.
© RFI/Claire Bargelès

En Gambie, la Commission vérité, réconciliation et réparations est officiellement sur pied depuis ce 15 octobre. Ses 11 commissaires ont prêté serment lors de la cérémonie d'inauguration organisée au sein du futur siège de l'institution, un ancien hôtel près de la capitale Banjul. La Commission aura désormais la charge d'enquêter sur la période comprise entre 1994 et 2017, soit les 22 années de pouvoir de Yahya Jammeh, pour établir la vérité sur l'ancien régime.

Avec la cérémonie de ce 15 octobre, la grande promesse du nouveau gouvernement d'Adama Barrow est en train de se réaliser en Gambie. « Il ne s'agira pas d'une chasse aux sorcières contre quelconque communauté ou individu, déclare le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, qui veut effacer les derniers doutes autour de l'institution. Mais dans le même temps, nous assurons aux victimes et à leurs familles, que justice sera faite, selon la loi, de façon juste, transparente, et dans un environnement stable ».

« Plus jamais ça »

Quelques victimes étaient présentes dans le public. Parmi elles, Pateh Jallow, un ancien fonctionnaire torturé en détention et qui a perdu son frère sous l'ancien régime. Il tient à partager son récit grâce à la Commission. « J'espère seulement que nous aurons l'espace pour raconter ce qui s'est passé et expliquer, non seulement aux Gambiens mais aussi au monde entier, ce qui nous est arrivé, à moi et à nous tous, explique-t-il. Je pense que l'objectif "plus jamais ça" peut être atteint ».

Les commissaires et leur secrétaire exécutif, Baba Galleh Jallow, sont conscients qu'il va falloir gérer cette impatience. « Même si nous avons commencé notre travail, les audiences publiques n'ont pas encore débuté, déclare-t-il. Pour lancer cela, nous allons nous retrouver, ces prochaines semaines, avec les commissaires. Les attentes sont énormes, nous avons essayé de les tempérer, mais nous faisons aussi tout notre possible pour y répondre ». La Commission aura aussi la responsabilité d'accorder des réparations, très attendues par les victimes.

Les supporters de Yahya Jammeh sont toujours là.

Fatou Jagne Senghor, directrice régionale de l’ONG Article 19 à Dakar, évoque la Commission vérité et réconciliation en Gambie
15-10-2018 - Par Bineta Diagne

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.