Republier
Cameroun

Cameroun: une réunion de défenseurs des droits de l’homme empêchée

Vue du centre de Yaoundé au Cameroun.
© wikipedia

Au Cameroun, lundi matin devait se tenir une conférence de presse conjointe de trois organisations de la société civile, le Redhac (Réseau des défenseurs des droits de l'homme en Afrique centrale), Un monde à venir et Dynamique citoyenne, à propos des élections. Mais la police a investi l'hôtel où elle devait avoir lieu, au prétexte que les organisateurs n'avaient pas déclaré l'événement, et qu'il y avait un risque de trouble à l'ordre public.

Nous sommes allés au siège du Redhac, et là ils nous ont suivis avec un grand dispositif, avec un pick-up qui nous attendait, probablement pour nous dire qu’on pourrait nous arrêter... Il y avait le commissaire lui-même qui était là pour mener les opérations.
Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du Redhac
16-10-2018 - Par RFI

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.