Republier
Madagascar

Election à Madagascar: rencontre entre la Céni et certains candidats

L'urne dans laquelle les Malgaches déposeront leurs bulletins de vote. (Image d'archive)
© Bilal Tarabey / RFI

A Madagascar, la liste électorale est au cœur des préoccupations. Ce mardi, le président de la Commission électorale nationale indépendante s'est entretenu pendant plusieurs heures avec les candidats à la présidentielle du 7 novembre. Une réunion à huis clos pour tenter de rassurer les candidats qui doutent de la fiabilité du fichier électoral. Sur 36 prétendants à la présidentielle, 21 d'entre eux remettent en cause ouvertement la liste électorale qu'ils jugent défaillante et demande sa révision.

Dix-sept heures, les candidats arrivent au compte-gouttes dans les bureaux de la Commission électorale nationale indépendante. Vingt-six d'entre eux ont fait le déplacement. Après cinq heures de discussions cordiales, mais tendues avec le président de la Céni, les inquiétudes et les critiques sont toujours là. « Doublons, personnes décédées toujours inscrites ou millions de citoyens qui n'ont pas pu s'enregistrer ». Tel est le constat que 21 candidats disent avoir fait sur le terrain.

« Ils ont amené des documents et nous voudrions bien vérifier sur le terrain la véracité de tout cela. Nous sommes complètement ouverts sur la question. Mais de dire que la Céni manipule la liste électorale, c’est ça que je réfute complètement », estime Hery Rakotomanana, président de la Céni.

La fermeture de la liste électorale a eu lieu le 15 mai. Une disposition inscrite dans la loi relative au régime général des élections. Et c'est notamment pour cette raison qu'une révision de la liste est jugée délicate par le président de la Céni : « La revue de la liste électorale suppose le report des élections, puisque nous sommes maintenant à J-23 des élections et tout dépend d’eux. Nous sommes complément ouverts et nous avons donné des explications par rapport à la liste électorale. Mais la liste électorale n’est pas parfaite. La liste électorale est fiable ».

A l'issue de cette réunion, les candidats n'ont pas souhaité s'exprimer, mais ils réclament toujours une solution pour remédier aux anomalies qu'ils disent avoir trouvées dans le fichier électoral. Un nouvel entretien doit avoir lieu vendredi entre les candidats et la Céni.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.