Afrique du Sud: une nouvelle campagne pour sensibiliser à la malnutrition infantile

Cet enfant de quatre ans est hospitalisé dans un centre de réhydratation des malades du choléra à Musina, à la frontière entre l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, le 11 décembre 2008.
© AFP / Justine Gerardy

Une grande campagne de sensibilisation sur la malnutrition a été lancée ce mercredi à Johannesburg. Avec la première dame à sa tête, la campagne entend former et conseiller les Sud-Africains aux bonnes pratiques de nutrition chez l'enfant. Car plus d'un enfant sur quatre connaît un retard de croissance avant l'âge de cinq ans en Afrique du Sud. C'est proche du niveau de 1994, au moment de la chute de l'apartheid.

Le grand programme de nutrition lancé par l'ANC en 1996 n'a pas connu les résultats escomptés, comme l’explique Rihlat Saïd Mohamed, docteure en anthropologie à l'université de Witwatersrand à Johannesburg : « Ce programme se concentrait énormément sur le marasme et le kwashiorkor, très peu sur le retard de croissance qui est une malnutrition chronique chez l’enfant ».

Pour Rihlat Saïd Mohamed, le programme ne s'est pas concentré sur les vraies causes du retard de croissance en Afrique du Sud : « Donc une alimentation pas nutritive pour les enfants, très peu d’allaitements en Afrique du Sud, beaucoup de maladies infectieuses chez les enfants ».

Plus d'un quart des jeunes Sud-Africains souffrent de malnutrition aujourd'hui, principalement due au fort niveau de pauvreté, selon l'activiste Koketso Moeti : « Un enfant n'a pas seulement besoin de nourriture pour vivre. Le peu d'argent des parents doit tout couvrir : pour payer les études, pour l'hygiène de vie, pour la maison et la nourriture n'est rapidement plus une priorité ».

La nouvelle campagne, baptisée « Pour une bonne croissance » est dirigée par le docteur Kopano Mabaso : « On se concentre sur l'aide aux éducateurs dans les communautés et sur le soutien aux mères de famille. Mais on doit aussi promouvoir la question de la nutrition dans le débat public et produire plus d'études sur les pratiques dans le pays ».

L'objectif pour le docteur Kopano Mabaso est d'atteindre 0% de retard de croissance à l'horizon 2030.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.