Comores: la tension reste vive entre des civils armés et les autorités à Anjouan

Le port de Mutsamudu, sur l'île d'Anjouan aux Comores.
© IBRAHIM YOUSSOUF / AFP

Aux Comores, les tirs auraient cessé, selon les autorités, sur l'île d'Anjouan et certains insurgés auraient même remis leurs armes aux forces de l’ordre. Mais des civils armés opposés au pouvoir sont toujours retranchés dans la médina au cœur de Mutsamudu la capitale de l’île. Pour les autorités, il s’agit maintenant de les convaincre de sortir sans violence.

L’équivalent comorien du ministre de la Défense s’est rendu à Anjouan avec pour mission d’établir le contact avec les personnes armées afin de les encourager à se rendre. Si certains ont déposé les armes, selon le gouvernement, ce n’est pas le cas de tous. Confinés dans la médina au centre de la capitale, avec les habitants du quartier, ils n’ont plus ni eau ni électricité. Le marché de la ville est également fermé.

De son côté, Mohamed Ali Soilihi, le leader de l’opposition a exhorté, lors d’un point de presse, la communauté internationale à s’engager concrètement dans la résolution de ce qu’il qualifie maintenant de « crise nationale majeure » semblable aux événements de 1997 qui avaient débouché sur l’instauration de la présidence tournante entre les îles tous les cinq ans.

Une mesure modifiée par le référendum du 30 juillet dernier permettant au président Azali de rester au pouvoir dix ans. L’île d’Anjouan devra attendre jusqu’en 2029 au lieu de 2021 pour accéder au sommet de l’Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.