Republier
RDC

Elections en RDC: la machine à voter remise en cause par des candidats

La machine à voter qui doit être utilisée lors des élections du 23 décembre en RDC, exposée à Kinshasa lors d'une démonstration, le 21 février 2018.
© John WESSELS / AFP

En RDC, 11 des 21 candidats à la présidentielle du 23 décembre ont rejeté une nouvelle fois l'usage de la machine à voter, ce dispositif de vote par écran tactile qui va être utilisé pour la première fois dans le pays en décembre. Ils considèrent qu'il n'y a aucune raison valable d'utiliser cet ordinateur pour voter pour ces élections.

Ils sont onze et pas uniquement des candidats qui se qualifient de l'opposition en RDC. Parmi eux l'ex-ministre des Relations avec le Parlement, Tryphon Kin-Kiey. Il y a également Sylvain Masheke et Seth Kikuni, mais aussi les opposants Martin Fayulu, Freddy Matungulu et Marie-Josée Ifoku. Pour eux, la raison de ce rejet est d'abord juridique.

L'opposant Théodore Ngoy a lu la déclaration au nom des dix autres candidats : « Le mode de vote autorisé par les législateurs congolais est le vote à bulletin papier. Le dernier a expressément interdit le vote électronique pour les élections en cours. Article 237 ter de la loi électorale ».

Autre argument de ces candidats à la présidentielle : même le calendrier électoral ne prévoit pas l'usage de ce dispositif de vote. « Le calendrier électoral prévoit du 20 septembre au 5 décembre 2018 l’impression des bulletins de vote papier, seul mode de vote, prescrit par les législateurs congolais pour les élections en cours ».

A la question de savoir ce qu'ils feront si la Commission électorale nationale indépendante (Céni) maintient l'usage de la machine à voter, le candidat Martin Fayulu assure que le boycott n'est pas envisagé par l'opposition. Leur espoir est que cette machine soit abandonnée au vu du rejet que cette technologie suscite au sein de la population congolaise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.