Blinky Bill, DJ et producteur kényan, invente le futur de la musique africaine

Blinky Bill, une notoriété grandissante avant même la sortie de son premier album solo vendredi 19 octobre 2018.
© Sébastien Jédor/RFI

Le nom du disque est peut-être difficile à prononcer en français, mais sa musique fait l’effet d’une bombe. Le Kényan Blinky Bill a sorti ce 19 octobre son premier album solo « Everyone’s just winging it and other fly tales ». Les morceaux gorgés de groove et mâtinés d’électronique ont fait chavirer le MaMA, festival de découvertes musicales, à Paris.

Le Kényan Blinky Bill n'a pas son pareil pour trouver des sons qui font danser et des rythmes qui font planer. Difficile de résister à la musique de ce compositeur, DJ et producteur éclectique.

« J’aime jouer avec les sons africains traditionnels, mais aussi le funk, le jazz, la dance music, l’électronique, confie Blinky Bill dans les locaux de son label, Lusafrica / The Garden. Mon idée, il y a quelques années, c’était de devenir un musicien de jazz… et puis j’ai découvert la musique électro et ça m’a plutôt plu ! »

Barbe noire, casquette et blouson de cuir du même ton, Blinky Bill avait déjà trois albums à son actif avec le groupe Just a Band quand il a décidé de se lancer en solo.

A une exception près, tous les titres du nouvel album ont été enregistrés à Nairobi, la capitale kényane, une ville que Blinky Bill décrit comme « très créative », même si, ajoute-t-il, « aucune structure ne soutient les artistes ». « Nous, les créateurs, nous sommes nos propres sponsors en quelque sorte, poursuit-il. Le bon côté de cela, c'est que ça nous oblige à être toujours innovants. On apprend à faire avec ce qu’on a … et à tirer le meilleur de ce qu’on a… »

Signe de reconnaissance et de la notoriété de Blinky Bill, le musicien est appelé, depuis quatre ans, à s’exprimer dans des conférences TED à travers le monde. Il intervient sur le thème de l'avenir de la musique africaine. Il est certainement le meilleur expert en la matière.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.