Nigeria: violences intercommunautaires meurtrières dans l'Etat de Kaduna

Les rues de Kaduna, dans le nord du Nigeria (photo d'archives, mars 2015).
© AFP/Nicole Sobecki

Lourd bilan dans le nord du Nigeria : cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens adara et musulmans haoussa à Kasuwan Magani, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Kaduna, la capitale de l'Etat éponyme. L’annonce a été faite samedi 20 octobre par le président Muhammadu Buhari qui condamne les tueries.

« Aucune culture ou religion ne peut justifier le mépris pour le caractère sacré de la vie humaine. » Ce sont les mots exacts du communiqué de la présidence condamnant ces violences. « De fréquentes effusions de sang dues à des malentendus qui pourraient être réglés pacifiquement [et qui] sont inquiétantes », peut-on également lire, car il faut dire que la région est régulièrement le théâtre de tensions similaires.

Cette fois, il s'agit d'un conflit entre des porteurs avec brouettes haoussa, une communauté musulmane et des chrétiens de l'ethnie Adara. Les choses ont dégénéré jeudi 18 octobre après une dispute survenue sur le marché de Kasuwan Magani. Selon les premiers témoignages, deux personnes ont perdu la vie à ce moment-là, avant que la police n'intervienne pour rétablir l'ordre.

Mais d'autres témoins affirment à l'Agence France-Presse que, dans la soirée de jeudi, des jeunes adara ont été se venger en prenant les haoussa par surprise, les attaquant et brûlant leur maison. Et ce sont finalement ces représailles qui seraient donc à l'origine de ce lourd bilan de 55 morts communiqué par la présidence. En réponse, un couvre-feu nocturne a été instauré dès vendredi par le gouverneur de Kaduna.

Le chef de la police de l'Etat de Kaduna, Ahmad Abdur-Rahman, a déclaré à des journalistes que 22 suspects avaient été arrêtés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.