Republier
Nigeria

Nigeria: le leader indépendantiste biafrais Kanu de retour sur Radio Biafra

Nnamdi Kanu à Abuja, le 25 avril 2017.
© STRINGER / AFP

Après plus d'un an de silence, le dirigeant du Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob) a fait son grand retour dimanche sur Radio Biafra. Celui que l'on croyait assassiné ou détenu par l'armée nigériane est bel et bien vivant. Quelques jours après sa réapparition surprise dans une vidéo tournée à Jérusalem, Nnamdi Kanu s'est exprimé dans la soirée sur l'antenne indépendantiste dont il est également le fondateur.

Une allocution enflammée, un discours aux allures de prédication : pour son grand retour sur les ondes, Nnamdi Kanu s'est montré spirituel et déterminé. « Le Biafra vivra, nous ne céderons jamais », a-t-il martelé dans une intervention de près d'une heure, s'adressant au peuple biafrais.

Le leader indépendantiste a appelé les siens à boycotter les affaires nigérianes. Une seule revendication : la conduite d'un référendum sur la question de l'indépendance du Biafra.

Aucun détail sur son parcours jusqu'en Israël depuis l'assaut de sa maison d'Umuhaia (sud-est), le 14 septembre 2017, par l'armée. Nnamdi Kanu affirme cependant avoir été victime d'une tentative d'assassinat par les autorités. Selon lui, on aurait voulu l'éliminer avant que son innocence ne soit prouvée.

Sa réapparition a déjà été instrumentalisée en vue de la présidentielle, certains souhaitant rallier sa cause à celle de l'opposition au président Buhari. Dimanche soir, aucune réaction des autorités n'était à observer.

Le Biafra, une autre « terre promise »

Des sandales, un talit blanc sur les épaules, une kippa sur la tête. C'est dans cette tenue de juif pratiquant, priant au pied du Mur des lamentations, que Nnmadi Kanu a fait sa réapparition dans une vidéo, devenue virale ce week-end.

Un an après avoir été porté disparu, le charismatique leader de l'Ipob réaffirme ainsi son appartenance au judaïsme.

Une posture qui n'a rien de folklorique. Au Nigeria, une petite minorité de membres de l'ethnie igbo sont juifs pratiquants. Ils se disent descendant des tribus d'Israël, apprennent l'hébreu, observent les interdits kashers et les fêtes juives. Beaucoup sont passionnément sionistes, sans pour autant que cette judéité n'ait jamais été reconnue par les rabbins israéliens.

Qu'importe, à l'Ipob, on porte la Kippa. Et le Biafra est leur « terre promise ». Dans son intervention radiophonique, ce dimanche, l'ancien animateur n'a d'ailleurs pas manqué de le rappeler. Nnamdi Kanu a de nouveau exigé un référendum d'auto-détermination pour la région sans quoi il a promis de boycotter les prochaines élections.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.