Republier
Centrafrique

RCA: un débat sur la motion de destitution du président de l'Assemblée aura lieu

Le président de l'Assemble nationale Abdou Karim Meckassoua, lors d'une conférence donnée dans l'hémicycle de l'Assemblée, à Bangui, le 27 juillet 2018.
© RFI/Gaël Grilhot

Le président de l'Assemblée nationale sera-t-il destitué ? Question qui fait la une des journaux nationaux. Hier, la conférence des présidents (qui regroupe les vice-présidents du Parlement, les présidents de groupes parlementaires et de commissions permanentes) s'est réunie pour discuter de la procédure de destitution qui touche Abdou Karim Meckassoua.

Il aura fallu près de trois heures à la conférence des présidents pour tomber d'accord. Tout en dédramatisant, Serge Singhba Bengba, président du groupe parlementaire Trait d'union, revient sur la décision qui a été prise.

« Le débat général sur la motion de destitution du président aura bien lieu vendredi. Ce n'est pas la guerre ; ce n'est pas la fin du monde le président restera toujours député à l'Assemblée nationale même s'il est destitué. Ca dépend de comment nous prenons l'affaire. Il ne faudrait pas que l'émotion nous submerge et puis que finalement à partir de là nous puissions transmettre notre peur à la population », explique-t-il à RFI.

Du côté des soutiens du président de l'Assemblée nationale, on ne se démoralise pas. « Comme vous le savez, cette demande n'est pas motivée, dit Thierry Vackat, président de la Commission défense au Parlement. Il n'y a pas de pièce. Quand vous accusez, en droit, on parle de l'administration des preuves. Il n'y aucune preuve. Ca ce sont des accusations infondées et farfelues. Comme vous le savez si on veut noyer ou on veut tuer son chien on dira qu'il a la rage. C'est ce qu'il se passe. La justice est saisie nous croyons en la justice de ce pays et les juges diront le droit. Le président de l'Assemblée nationale est très prêt serein et confiant. »

Ce dernier, devant la conférence des présidents, a énuméré les raisons pour lesquelles il estime la pétition irrecevable. Parmi elles, « le caractère incertain des signatures » qui accompagnent le document. Un référé a été déposé pour faux et usage de faux.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.