Republier
Kenya Histoire

Archéologie: «le plus vieux cimetière d'Afrique de l'Est» découvert au Kenya

Vue du site paléontologique de Lothagam, près du lac Turkana, au Kenya.
© Wikimedia Commons/Darouet

Au Kenya, des scientifiques de l'université Stony Brook de New York et de la Société Max Planck de Berlin ont mis à jour ce qui serait le plus grand et le plus ancien cimetière d’Afrique de l’Est. Située dans le nord du pays, le « Lothagam North Pillar » aurait près de 5 000 ans et contiendrait environ 580 corps.

Dans le nord du Kenya, près du Lac Turkana, dans une zone désertique où la température atteint parfois 40 degrés, les chercheurs de l'université Stony Brook de New York et de la Société Max Planck de Berlin ont mis au jour le « Lothagam North Pillar ». Il s'agit d'une plateforme de 30 mètres de diamètre, avec une grande cavité où 580 morts reposent depuis cinq millénaires. La tombe a été remplie de pierres et recouverte de grands piliers.

Le lac Turkana, au nord du Kenya. © RFI/Capture d'écran

Construit par les premiers éleveurs installés dans la région, le monument est vénéré depuis des décennies par les communautés locales. « Les habitants ne se considèrent pas comme des descendants de ces gens mais ils surveillent le site et s’assurent qu’il est protégé », explique Elizabeth Sawchuk de l’Université Stony Brook.

Société égalitaire

Les corps portent des bijoux en coquille d’œuf d’autruche, preuve de l’expertise de cette tribu. Les morts sont aussi bien des hommes que des femmes ou des enfants, sans distinction d’âge. Ni les ornements, ni la position des corps ne révèle une hiérarchie entre les individus, ce qui intrigue les chercheurs. Cette communauté était donc égalitaire.

« Les scientifiques pensaient que les élites étaient à l’origine de ces constructions monumentales pour asseoir leur autorité et servir de symbole d’unité », explique Elisabeth Hildebrand, professeur à l’université Stony Brook. Un des meilleurs exemples en est la pyramide de Gizeh, en Egypte, construite sous la direction de puissants pharaons. Mais le Lothagam North Pillar vient contredire cette théorie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.