Republier
Gabon

Gabon: pourquoi l'opposition n'a pas réussi à mobiliser

Un électeur marque son doigt avec de l'encre indélébile, à Libreville, le 27 octobre 2018.
© Steve JORDAN / AFP

Le Gabon est dans l'attente des résultats du second tour des législatives. Mais dans tous les cas, le PDG au pouvoir est déjà assuré d'avoir la majorité absolue à l'Assemblée nationale. L'opposition est quasiment battue partout.

L'un des phénomènes marquants de ces élections au Gabon est le faible taux de participation même si le Centre national des élections n'a pas encore publié de chiffre global. Et il n'y a pas eu de sursaut lors du second tour. L'opposition n'a pas réussi à remobiliser son électorat potentiel.

Dans le quartier populaire de Nkembo par exemple, beaucoup d'électeurs ont fait le choix de ne pas aller voter. Au premier tour, comme au second. Par dépit, par résignation. « Que je vote ou pas, c'est toujours pareil. En 2016, nous sommes beaucoup à avoir voté pour Jean Ping. On sait ce qui s'est passé à la fin. Donc ça ne va pas changer. Personnellement, je ne vais plus jamais voter », explique dépité, Warren, quand Sophie, elle, s'insurge : « On veut des écoles, on veut des routes. Vous voyez ici, depuis, six mois il n'y a pas d'eau, mais nous payons les factures de la SEEG [la Société d'Energie et d'Eau du Gabon, ndlr]. Il y a un problème. Après on va nous dire que ce pays est un pays démocratique, mais non, ça va pas. C'est pas possible. On va voter sur quelle base ? On va voter quel député ? Ils vont aller défendre quoi ? Qu'on laisse le pays au PDG, ils font de ce pays ce qu'ils veulent ! »

Nous avons échoué à convaincre nos électeurs de se déplacer pour voter, reconnaît Anges Kevin Nzigou qui fait partie des nouveaux visages de l'opposition.

A 32 ans, il a été battu dès le 1er tour  dans le 6e arrondissement. « Je pense que les Gabonais ont rejeté la classe politique, opposition et majorité de manière confondue, les gens pensent que c'est un jeu auquel participent les hommes politiques et pour lesquels ils sont les premiers perdants. Donc ils préfèrent laisser les politiciens entre eux, faire le jeu qu'ils ont l'habitude de faire. Donc c'est une véritable claque et ça c'est le message de ces élections », analyse-t-il.

Dans la capitale la participation oscille entre 14,59 et 34,47 %.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.