Republier
RDC

RDC: le Front commun conteste la valeur de l'étude du Berci

Ce 15 novembre est une journée test en RDC où la société civile et l'opposition appellent à la mobilisation contre le report de l'élection présidentielle à la fin de l'année prochaine (photo d'illustration: scène de rue à Kinshasa)
© Michael Gottschalk/Photothek via Getty

Un sondage paru cette semaine en RDC donne Félix Tshisekedi favori de la présidentielle et montre le scepticisme des Congolais sur la tenue d'élections transparentes. Cette étude est commentée et a suscité la ferme réprobation du Front commun. Mais les auteurs de l'étude se défendent de tout parti pris.

Le Front commun pour le Congo (FCC) rejette les résultats du sondage publié mardi par le Bureau d'études, de recherches et de consulting international (Berci) et le Groupe d'étude sur le Congo (Gec) de l'université de New York, dirigé par Jason Stearns.

→ RELIRE : Un sondage favorable à Félix Tshisekedi en RDC

Ce sondage révèle qu'une majorité de Congolais ne croient pas que les élections prévues en décembre seront libres et transparentes et place l'opposant Félix Tshisekedi largement en tête des intentions de vote, jusqu'à 20 points devant Emmanuel Ramazani Shadari, le candidat du FCC.

Adolphe Lumanu, cadre du Front commun et membre du bureau politique du parti présidentiel, estime que ce sondage est biaisé. En cause, selon lui, une supposée mainmise d'Olivier Kamitatu, un proche de Moïse Katumbi sur le Berci, qui a participé à l'enquête.

« Qui est derrière les sondages ? Ce sont tous ceux qui sont contre ce que Kabila fait, ce que sa famille politique fait. M. Stearns est un ancien expulsé de la République démocratique du Congo. C’est un expert des Nations unies qui était dans ce pays et qui a été expulsé. Et Berci, on sait que ça appartient à Olivier Kamitatu qui est le porte-parole de Moïse Katumbi. Vous comprenez déjà que les conclusions sont orientées. On voudrait façonner l’opinion, planter le décor des violences pour que l’après-élection ne soit pas crédibilisée », estime le responsable.

Des gardes-fous

Mais Jason Stearns, qui dirige le Gec, conteste le fondement de ces accusations. Il reconnait qu'Olivier Kamitatu a bien participé à la fondation du Berci dans les années 1990 mais rappelle qu'il l'a quitté depuis longtemps. « Kamitatu a démissionné du Berci officiellement en 1999, lors des accords de Lusaka, quand il a rejoint le MLC, et il ne joue aucun rôle professionnel ni personnel au sein du Berci depuis longtemps. Il faut aussi souligner que l’opposition avait accusé Berci d’être partiel, il y a quinze ans, quand Berci sortait des sondages qui montraient que Joseph Kabila était assez populaire. Donc il me semble que ces accusations sont plutôt politiquement motivées par des gens qui n’aiment pas les résultats de Berci », argue-t-il.

Toutefois, souligne le politiste, des gardes-fous ont été pris pour guarantir la transparence et la crédibilité de l'enquête. « D’abord au niveau technique, l’échantillonnage est fait d’une façon scientifique. Aussi, dans la façon dont les sondages s’effectuent, les gens qui interviewent les répondants enregistrent les réponses sur une tablette et les réponses sont téléchargées immédiatement sur un « cloud » [nuage en anglais ; outil de sauvegarde virtuel et accessible depuis différents lieux, NDLR]auquel nous avons tous directement accès. Et donc tous ceux-là sont des gardes-fous qui font que c'est difficile de manipuler les résultats. »

Autre accusation formulée par le FCC contre ce sondage : le manque de représentativité. A ce propos, Jason Stearns rappelle que l'échantillon de 1779 personnes utilisé est « plus important que pour la plupart des sondages réalisés aux Etats-Unis, pays ayant au moins quatre fois plus d'électeurs que la RDC ». Il précise aussi qu'un autre sondage sera organisé avant le jour du vote afin de vérifier si oui on non, comme l'affirme le FCC, le meeting de samedi dernier a modifié les tendances observées dans ce sondage réalisé entre fin septembre et début octobre mais « doute qu'une manifestation organisée à Kinshasa puisse changer aussi drastiquement les points de vue des électeurs ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.