Soudan du Sud: après la rencontre Machar-Kiir, le scepticisme demeure

Riek Machar (au centre) et Salva Kiir (à droite), à Juba le 31 octobre 2018.
© REUTERS/Jok Solomun

Le Soudan du Sud est loin d'être sorti d'affaire. Mercredi 31 octobre 2018 à Juba, le pouvoir a organisé une grande cérémonie de la paix pour célébrer l'accord signé début septembre. Pouvoir, opposition, chefs d'Etat régionaux ont participé. Le chef rebelle Riek Machar est même venu dans la capitale après plus de deux ans d'exil. Pour autant, la réalité du terrain pourrait vite se rappeler à tous les acteurs.

« Cette cérémonie était un acte symbolique important, mais ça ne garantit rien pour la suite », explique un observateur. Avec les chefs d'Etat régionaux, la communauté internationale a montré qu'elle soutenait encore le processus.

Le retour de Riek Machar a aussi été vu comme un signe positif. Pour autant, le chef rebelle est reparti dans la soirée pour Khartoum, preuve que les conditions de son retour ne sont pas encore réunies.

La période de pré-transition, qui doit durer huit mois, est très laborieuse. Du retard s'accumule dans la mise en place des institutions. Et le risque d'un échec est toujours fort. « Il y a des problèmes d'incompétence, de bureaucratie et de méfiance », confie un observateur.

Une euphorie de courte durée ?

Les travaux du comité de pré-transition, l'organe-clé chargé d'appliquer l'accord, ont plus d'un mois de retard. Or, ces délais risquent d'exacerber la suspicion et de replonger le pays dans la crise. Sur le terrain, des combats ont toujours lieu sporadiquement. Chaque camp recrute des hommes.

S'ajoutent à cela des dysfonctionnements dans la chaîne de commandement et des conflits locaux. Bref, une situation sécuritaire très complexe. Un observateur attend beaucoup plus du président Kiir, en tout cas.

« C'est à lui de donner le tempo. Or, on dirait qu'il n'a pas envie de diriger. Chaque fois, la communauté internationale doit lui tordre le bras pour qu'il agisse », confie cette source. Quoi qu'il en soit, on l'aura donc compris, l'euphorie de la cérémonie de Juba risque de s'estomper rapidement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.