Republier
Madagascar

Madagascar: des électeurs méfiants à l'égard des trois principaux candidats

Des affiches électorales placardées sur un arrêt de bus à Antananarivo, le 2 novembre 2018.
© MARCO LONGARI / AFP

Ce lundi 5 novembre est le dernier jour de campagne avant l’élection présidentielle de mercredi. Plusieurs candidats ont tenu leur dernier meeting ce week-end. Notamment les trois poids lourds de la politique malgache, les ex-présidents Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina. Mais s’ils dominent la campagne, les médias, les affichages dans la rue, ils ne convainquent pas tout le monde pour autant.

Devant le meeting politique d’un des trois principaux candidats, des taxis attendent. Parmi eux, Har, 35 ans, est au volant d’une 4L - qui a plus de 30 ans et est rouillée de toute part. Il travaille quasiment tous les jours, pour gagner environ huit euros par jour. C’est bien plus que la majorité des gens, admet-il, mais son niveau de vie n’a cessé de baisser.

Il est catégorique : il ne votera pas pour l’un de ces trois candidats. « Ils ont tous les trois dirigé le pays et ils ont échoué. Voilà pourquoi je ne les aime pas. Madagascar a besoin de quelqu’un de nouveau, d’un nouveau visage. Depuis que le trois se sont succédé, ma vie est devenue de plus en plus dure. »

Un peu plus loin Garijo, comptable et tout aussi méfiant. Ces trois, dit-il, n’ont rien fait pour le pays, et ne pensent qu’à eux. « Ces trois candidats ne me sont plus guère favorables pour notre pays, parce qu’ils étaient déjà là et notre pays est toujours comme ça… Nous sommes toujours pauvres. Mieux vaut ne pas élire les trois. Mieux vaut un autre candidat. Si c’est un de ces trois candidats qui est élu, il y aura du grabuge. »

Du grabuge, ajoute-t-il, car si l’un d’eux est élu, « les deux autres ne l’accepteront pas et le pays sera à nouveau en crise ». Un sentiment partagé par de nombreux Malgaches.

Présidentielle à Madagascar : sept ex-présidents et Premiers ministres candidats

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.