Congo: l’Etat déclaré civilement responsable de la mort des 13 jeunes à Chacona

Le tribunal de Brazzaville (photo d'illustration).
© GUY-GERVAIS KITINA / AFP

La justice a déclaré jeudi 8 novembre l’Etat congolais « civilement responsable » dans l’affaire des treize jeunes morts dans des conditions mystérieuses dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de Chacona, dans le sixième arrondissement de Brazzaville. Les avocats de la partie civile qui se disent prêts à plaider le dossier ont salué cette décision de la troisième chambre correctionnelle de la cour d’appel qui juge six policiers mis en cause. Compte rendu de l’audience.

Les parents des treize victimes ont poussé comme un cri de déception à la clôture de l’audience quand le président du tribunal a déclaré que l’affaire était mise en délibéré pour reprendre le 22 novembre par la poursuite de l’instruction et éventuellement les réquisitions et plaidoiries.

Pour ces parents des victimes, le jugement risque de tirer en longueur. Mais, leurs avocats se sont dits satisfaits par la décision du juge de placer l’Etat dans un statut de « civilement responsable » dans cette affaire. « Nous avions demandé la mise en cause de l’Etat en qualité de civilement responsable et le tribunal a rendu un jugement avant dire droit et a mis en cause l’Etat en qualité de civilement responsable. En tant qu’avocats de la partie civile nous sommes ravis de cette décision parce que l’Etat devrait à tout prix répondre (…) », a déclaré Me Steve Hermann Bagne Botongo est avocat de la partie civile.

Comme des militaires sur un champ de bataille, nous sommes prêts et capables de plaider ce dossier pour savoir ce qui est réellement arrivé aux treize jeunes qui ont trouvé la mort dans le commissariat de Chacona dans la nuit du 22 au 23 juillet dernier, a indiqué encore Me Bagne Botongo.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.