Republier
Madagascar

Madagascar: mise en cause, la Céni se justifie

Hery Rakotamanana, président de la Céni, entouré des commissaires électoraux, le 4 juillet 2018. (Photo d'illustration)
© Sarah Tétaud/RFI

À Madagascar, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a donné une conférence de presse, ce samedi 10 novembre, depuis son quartier général, à Antananarivo. Trois jours après le premier tour de scrutin de l’élection présidentielle, 4 024 bureaux de vote ont été traités sur 24 852 avec un taux de participation de 52,41% ( Andry Rajoelina 40,52%, Marc Ravalomanana 39,37%, Hery Rajaonarimampianina 5,71%, André Mailhol 1,47% et Paul Rabary 0,95% ). L’institution met en garde contre les critiques et les accusations de corruption qu’elle subit depuis quelques jours.

Doublons sur la liste électorale, cartes d’électeurs qui ne sont pas arrivées ou encore bulletins pré-cochés… la Céni confirme avoir détecté des anomalies pendant l’élection, tout comme certains observateurs électoraux de la communauté internationale. Des anomalies qu’elle a consignées, comme le demande la loi électorale, et que la Haute Cour constitutionnelle traitera.

La conclusion est similaire, à savoir que les anomalies ne remettent pas en cause la régularité du scrutin. Cependant, la Céni est dans la tourmente. Des rumeurs de corruption de ses membres courent sur les réseaux et certains candidats publient leurs propres résultats. Le président de la Céni Hery Rakotomanana se justifie.

« Nous invitons toutes ces personnes-là à apporter les preuves puisque, effectivement, c’est très grave de porter, à l’endroit de la Commission électorale nationale indépendante, de tels mensonges, de tels propos sans aucune preuve à l’appui », a déclaré le président de la Céni.

Hery Rakotomanana avait annoncé, le jour du scrutin, que les tendances provisoires seraient connues dès dimanche, avant même les résultats provisoires prévus le 20 novembre, mais l’acheminement des bulletins est plus long que prévu. Seulement 16% des bureaux de vote ont été traités pour le moment. Il faut aussi confronter les anomalies recensées avec les procès-verbaux et, là aussi, il s’agit d’une démarche précautionneuse qui prend du temps, selon Ernest Razafindraibe, le rapporteur général de la Céni.

« La Céni prend beaucoup de prudence pour que les résultats qu’elle va afficher ne fassent pas objet de critiques ni de contestation. C’est une prudence, donc, que la Céni a prise. Par ailleurs, le temps que l’acheminement a pris ne nous a pas encore permis d’afficher la tendance complète », a expliqué le rapporteur général de la Céni.

Des tendances incomplètes qui peuvent aussi s’expliquer par le nombre de sections de recensement du matériel de vote. Il y en a 119 pour près de 25 000 bureaux de vote, à travers le pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.