Présidentielle/Madagascar: le camp de Ravalomanana dénonce des irrégularités

Marc Ravalomanana (photo d'archives).
© REUTERS/Mike Hutchings

A Madagascar, deux jours après le premier tour du scrutin présidentiel, l'annonce des résultats par la Céni, la Commission électorale nationale indépendante, se poursuit. Mais au compte-gouttes. De quoi créer des suspicions chez certains. Vendredi après-midi, le clan du candidat Ravalomanana a convoqué la presse pour lui faire part de ses inquiétudes et suspicions multiples, particulièrement à l'endroit de la Céni. Reportage au QG de campagne de l'ex-président, véritable fourmilière où sont dépouillés 24h/24 les procès-verbaux qui arrivent de toute l'île.

« 309 ! Alors que là c'est 317 ... Il y a plus de voix exprimées que d'électeurs inscrits ! » Dans la salle de transmission des procès-verbaux, maître Hanitra Razafimanantsoa, bras droit du candidat Ravalomanana, feuillette une pile de procès-verbaux sur laquelle des anomalies ont été constatées.

Mais l'inquiétude ne se situe pas dans le contenu de ces feuillets. Le clan du candidat numéro 25 craint plutôt une fraude venant de la Céni. « Deux jours après les élections, la Céni n'a pu traiter que 6% des procès-verbaux. Alors que nous, nous avons pu en traiter un peu plus de 50%. Pourquoi cette lenteur ? Alors qu'on a les mêmes PV, qu'on les récupère dans les mêmes endroits reculés ? Nous, on a pris nos dispositions pour pouvoir les récupérer. Deuxièmement, la Céni ne publie que des résultats globaux. Nous lui avons demandé de publier bureau de vote par bureau de vote comme ça nous pourrons vraiment contrôler et comparer leurs résultats avec les nôtres. »

Contactée, la Céni affirme vouloir rectifier le tir et publier chaque résultat de manière individuelle. Elle justifie le manque de transparence actuel par « un problème de trop faible débit sur son site internet ».

Cependant, les suspicions de manipulation de résultats ont désormais germé. Dans l'entourage de Ravalomanana, on parle de risque de « hold-up électoral ». Sans le citer, ses proches accusent également un adversaire d'avoir corrompu à coup de milliards d'ariary 6 membres hauts placés de la Céni et les responsables de la télé et radio nationales, médias chargés de diffuser tous les résultats de l'élection.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.