Procès Gbagbo: devant la CPI, la défense évoque l’absence de preuve

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, le 28 janvier 2016, lors d'une audience à la Cour pénale internationale de La Haye (Pays-Bas)
© ICC-CPI

Le procès devant la Cour pénale internationale de Laurent Gbagbo, ancien chef d'Etat ivoirien, et de Charles Blé Goudé, ex-leader du Congrès panafricain des jeunes patriotes a repris ce lundi 12 novembre à La Haye, aux Pays Bas. Tous deux sont jugés pour des faits relevant de crimes contre l'humanité, concernant les violences postélectorales en Côte d'Ivoire en 2010-2011. Ce lundi matin, les avocats de Laurent Gbagbo avaient la parole, et la défense a plaidé l'acquittement. Son argument : le procureur n'a pas suffisamment de preuves.

Pour la défense, le procureur n'est pas parvenu à étayer sa thèse, à savoir l'existence d'un « plan commun », élaboré par un « cercle restreint », visant à se maintenir au pouvoir. Et c'est pour se maintenir au pouvoir que ce « cercle restreint » aurait commis des violences contre des civils.

Or pour la défense, l'accusation n'a à aucun moment défini de manière claire la nature de ce plan commun. Pour Me Emmanuel Altit, principal avocat de Laurent Gbagbo, toute l'accusation s'appuie sur des présupposés, mais ne livre aucune preuve directe : « C’est le même procédé intellectuel que le procureur a utilisé tout au long de sa réponse écrite et de son exposé oral. En laissant entendre de façon constante que l’absence de preuve directe de l’existence d’un soi-disant plan commun constituerait en fait la preuve de l’existence de ce plan commun. Autrement dit, une absence de preuve est, pour lui, la preuve évidente d’un complot. Les seuls ordres dont il est fait état dans le dossier sont des ordres normaux donnés par des gradés de l’armée et des gradés de police à leurs subordonnés en vue de prévenir les attaques des groupes de rebelles lourdement armés contre les institutions ou en vue de défendre la population ».

« Le procureur n'a rien, tout est construit sur du sable mouvant », a conclu avec ironie Me Baroin, un autre conseiller de l'ancien président ivoirien qui, durant toute la matinée est resté concentré, impassible. Maître Jennifer Naouri, l'une des avocates de Laurent Gbagbo, a, pour sa part, conclu que le procureur « n'a pas mené d'enquête autonome et indépendante ».

Démarche « biaisée »

Pour la défense, la démarche du procureur est biaisée. Il aborde les principaux incidents de la crise en faisant fi de l'histoire du pays, marquée, selon elle, par de nombreuses menaces contre la souveraineté de l'Etat, en allusion au coup d'Etat manqué de 2002.

« Le procureur met de côté le fait que des FDS [Forces de défense et de sécurité] ont été tués pendant la marche de décembre 2010. Pourquoi ? » s'interroge Me Jennifer Naouri, avocate de Laurent Gbagbo.

La défense s'appuie les témoignages de Georges Guiai Bi Poin, chef du Cecos [Centre de commandement des opérations de sécurité] pendant la crise, ou encore du général Philippe Mangou, chef d'état-major des armées, pour rappeler que les forces de sécurité faisaient face à des hommes lourdement armés, qui menaçaient plusieurs points stratégiques de la capitale.

« La police et l'armée en 2010 et 2011 étaient sur la défensive, explique de son côté Me Emmanuel Altit. C'étaient les rebelles qui attaquaient et pas le contraire », assure-t-il. Dans ce contexte de crise, conclut l'avocat principal de Laurent Gbagbo, on assistait à « des ordres normaux donnés par des gradés de la police et de la gendarmerie en vue de défendre les populations ».

Les audiences du procès ont été suspendues, en fin d'après-midi de ce lundi, et reprennent mardi. A noter qu'aucune décision de la chambre d'accusation n'est prévue cette semaine.

La question est d’abord de savoir tout simplement si le procureur dispose matériellement parlant de preuves. La réponse est « non ». IL n’y a pas de substance démonstrative. On s’aperçoit en effet que son narratif est construit sur, et uniquement sur des a priori. Des a priori qui n’ont qu’un lointain rapport avec la réalité. Ce narratif tel qu’il apparaît, c’est un narratif préconçu, constitué avant toute enquête et c’est ce qui vous est présenté. Vous devez vérifier si ce qui vous est présenté a une valeur quelconque sur l’angle de la preuve. La question n’est donc pas d’examiner d’abord le caractère convaincant ou pas de ce sur quoi s’appuie le procureur. La question est de savoir si le dossier est vide ou pas. L’enjeu c’est la liberté d’un homme présumé innocent, un homme contre lequel il apparaît que rien de solide n’a pu être apporté par l’accusation. Et voilà pourquoi, monsieur le président, madame, monsieur, il s’agit de justice.

Plaidoyer de Me Emmanuel Altit devant la CPI : «L’enjeu c’est la liberté d’un homme présumé innocent...»
13-11-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.