Procès du putsch manqué au Burkina: le colonel major Boureima Kéré se défend

Le Palais de justice de Ouagadougou
© AHMED OUOBA / AFP

Au Burkina Faso, le colonel major Boureima Kéré, ex-chef d'état-major particulier du président de la transition, témoignait ce 12 novembre dans le procès de Gilbert Didendéré, l'artisan du coup d'Etat raté de septembre 2015.

Boureima Kéré avait pour mission de coordonner les missions présidentielles en matière sécuritaire et jouait un rôle d'interface entre l'armée et la présidence du Burkina Faso. Accusé de complicité d'attentat à la sûreté de l'Etat, meurtres, coups et blessures, il a rejeté les faits alors qu'il a signé la déclaration des putschistes.

Il soutient que c'est au cours d'une réunion avec les officiers de l'ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP) que le général Gilbert Diendéré a justifié l'action menée contre la transition démocratique par des arguments politico-militaires : l'exclusion électorale, les velléités de dissolution du RSP et l'adoption de la loi portant statut militaire par le Conseil national de la transition (CNT).

Ce 12 novembre, à Ouagadougou, le colonel major Boureima Kéré a affirmé qu'il avait été informé de l'arrestation des membres du gouvernement au cours d'une réunion entre le général Gilbert Dienderé et les officiers de l'ex-RSP.

« Pourquoi avez-vous alors accepté de signer la proclamation du CND ? » demande le procureur. « Je n'avais pas le choix, a-t-il répondu. La pression était forte et le rapport de force était en faveur des preneurs d'otage ».

Ambiguïté du chef d'état-major

Pour sa défense, le colonel major met en cause la position ambiguë du chef d'état-major général des armées pendant la tentative de coup d'Etat. Selon l'accusé, la hiérarchie militaire avait refusé d'assumer le coup d'Etat mais le chef d'état-major général des armées avait donné son accord pour aider les putschistes dans le maintien de l'ordre en cas de manifestaton.

« Le général Pingrenoma Zagré, chef d'état-major général des armées, a rassuré le général Diendéré sur le maintien de l'ordre et l'armée avait demandé une réquisition pour cela », souligne l'accusé.

« En exécutant la volonté du général Gilbert Diendéré, est-ce que vous n'avez pas obéi à un ordre illégal ? » demande alors le procureur. Le colonel major Boureima Kéré le reconnaît avant d'ajouter que « la position du chef d'état-major général des armées n'était pas claire ».

Coup d’Etat de 2015 au Burkina Faso: un accusé met en cause Gilbert Dienderé

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.