Congo-Brazzaville: les retraités des postes réclament leurs droits

Vue de Brazzaville, capitale du Congo.
© Wikimedia/Jomako

Depuis deux mois, les anciens travailleurs de l'Office national des postes et télécommunications manifestent par un concert de casseroles pour demander à l'Etat de verser à la Caisse nationale de sécurité sociale la somme de 15 milliards de francs CFA (22,8 millions d'euros) qui représentent leurs cotisations dûment prélevées afin que leurs pensions de retraite soient prises en compte. A cette somme il faut ajouter une autre de 580 millions de francs CFA due à leur mutuelle et reconnue dans le plan de liquidation.

Depuis deux mois, tous les jours ouvrables, des hommes et des femmes manifestent dans un coin de leur ex-entreprise, en plein centre-ville de Brazzaville. Ce 12 novembre, ils ont même bravé la pluie. Quelques-uns torse nu, barres de fer à la main et vuvuzelas à la bouche, ont produit un bruit assourdissant.

Seul le paiement des droits qu'ils réclament pourrait mettre un terme à ce spectacle, selon Gilbert Idouli, président du comité de suivi des anciens travailleurs de l'ex-ONPT, l'Office national des postes et télécommunications, liquidé en 2003. Au moins 1200 personnes sont concernées par cette situation.

Indifférence du gouvernement

« Ce serait peut-être le plus long concert de casseroles jamais organisé au Congo, explique-t-il. Nous avons dit que tant que ces deux problèmes ne trouveront pas de solution définitive, nous ne pouvons pas quitter les lieux de la manifestation ».

Le mouvement se passe dans l'indifférence totale du gouvernement, à en croire Gilbert Idouli. « Le gouvernement ne dit mot mais il constate parce que tous les jours le Premier ministre passe par là, précise-t-il. C'est comme si le gouvernement était en train de nous tuer à petit feu ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.