Republier
Côte d'Ivoire

Procès Gbagbo à la CPI: la défense démonte le dossier d'accusation

L'ex-président Laurent Gbagbo au premier jour de son procès à la Cour pénale internationale de La Haye, le 28 janvier 2016.
© REUTERS/ICC

Laurent Gbagbo, ancien président de Côte d'Ivoire, et Charles Blé Goudé, l'ex-leader des Jeunes patriotes, sont poursuivis depuis janvier 2016 devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes contre l'Humanité commis lors des violences post-électorales entre 2010 et 2011. Cette semaine, leurs avocats plaident l'acquittement. Ce 14 novembre, les avocats de Laurent Gbagbo ont achevé d'exposer leurs arguments.

Les avocats de l'ancien président ivoirien sont apparus plutôt alertes cette semaine pour démonter point par point le dossier de l'accusation. Pour les conseils de Laurent Gbagbo, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye n'a fourni aucune preuve permettant de dire que l'ex-chef d'Etat aurait donné l'ordre de commettre des violences contre les civils.

« Pas d'enquête sérieuse »

D'un ton souvent ironique, les avocats relèvent une succession de failles : plusieurs preuves n'ont pas été authentifiées, certains témoins cités par l'accusation n'ont pas assisté aux violences. « Le procureur n'a pas mené une enquête sérieuse », répètent régulièrement les avocats de la défense.

Dans la galerie qui surplombe la salle d'audience, les partisans de l'ancien président ivoiriens expriment régulièrement leur satisfaction en écoutant les avocats.

De son côté, l'accusation est restée de marbre. tout au long des audiences, Eric MacDonald, le substitut du procureur, semblait noyé dans ses pensées. Ce 14 novembre dans l'après-midi, les avocats de Charles Blé Goudé,  l'ex-leader des Jeunes patriotes, doivent à leur tour prendre la parole. 

►A lire aussi: Procès Gbagbo: la fiabilité des sources remise en cause par la défense

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.