CPI: pour la défense de Blé Goudé, «le procureur n'a pas d'affaire»

Charles Blé Goudé devant le CPI, le 28 janvier 2016.
© Peter Dejong / POOL / AFP

A la Cour pénale internationale où leur client est jugé avec l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo pour crimes contre l'humanité pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de 2010-2011, les avocats de Charles Blé Goudé ont déclaré ce mercredi que le dossier de l'accusation ne tenait pas.

Emmitouflé dans un large pagne jaune, une tresse sur la tête, Charles Blé Goudé apparaît confiant et serein. Me Knoops, son avocat principal, prend alors la parole : « Le procureur n'a pas d'affaire », lance-t-il au juge-président de la chambre d'accusation. Charles Blé Goudé esquisse un sourire de satisfaction. Dans la galerie vitrée qui surplombe la salle d'audience, le public pousse un soupir de soulagement.

Puis l'avocat entre dans le vif du sujet. Me Knoops livre une série d'arguments juridiques pour démonter la démarche de l'accusation, avant d'aborder le fond du dossier. Pour lui, le procureur n'est pas parvenu à présenter le moindre témoin capable d'attester que Charles Blé Goudé faisait bien partie d'un cercle d'initiés ayant commis des violences en 2010-2011, afin de se maintenir au pouvoir.

La procureur de la CPI accuse notamment l'ex-leader des Jeunes patriotes d'avoir attisé la division à travers des discours et d'avoir appelé à des actes de violences contre les militants d'Alassane Ouattara durant la crise post-électorale.  

« A quel plan fait-on allusion ? » s'interroge l'avocat, qui s'attaque à une faille du dossier déjà soulevée par ses confrères : la solidité des preuves. La majorité des accusations sur des faits de violences soumises par le procureur s'appuient sur des rapports d'ONG qui font référence à des sources anonymes. Impossible de vérifier ces témoignages, s'emporte l'avocat. Impossible donc, de prouver la responsabilité de son client. Là encore, la défense remet en question la crédibilité de l'enquête menée par le procureur.

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et l'ex-leader des Jeunes patriotes Charles Blé Goudé sont poursuivis pour crimes contre l'humanité, pour les violences commises pendant la crise post-électorale de 2010-2011. Leur procès a débuté le 28 janvier 2016.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.