Dégradation du respect des droits humains en Tanzanie: l'UE réévalue ses aides

Federica Mogherini (photo d'archives).
© REUTERS/Leonhard Foeger

L'Union européenne va-t-elle revoir à la baisse les 100 millions de dollars annuels que reçoit la Tanzanie en aide au développement ? Principal bailleur du pays, l'Union va réévaluer sa contribution. Une décision justifiée par la Haute-Représentante Federica Mogherini, selon qui les Etats membres s'alarment de la dégradation du respect des droits humains. Une inquiétude partagée par la communauté internationale.

La pression se renforce sur la Tanzanie après le retrait d'une aide financière par le Danemark. Le royaume n'a pas apprécié les propos homophobes du gouverneur de la région de Dar es-Salaam. Il avait appelé le mois dernier à dénoncer les homosexuels à la police.

Des propos symptomatiques du climat de plus en plus répressif envers les personnes lesbiennes gay bi et trans, dans un pays où l'homosexualité est interdite.

Les Etats membres s'inquiètent plus globalement d'une érosion de l'Etat de droit en Tanzanie. « Ce que l’on constate depuis quelques années nous préoccupe, explique la porte-parole du service des Affaires étrangères de l'Union européenne, le rétrécissement de l’espace public par exemple, à travers les nombreuses restrictions sur les activités des organisations de la société civile, des médias et de plusieurs partis politiques. Le respect des droits humains et l’Etat de droit ont été maintes fois fragilisés. »

Autre institution critique de la Tanzanie, la Banque mondiale. Elle vient de refuser un prêt de 300 millions de dollars pour l'éducation des jeunes filles, en réaction à une mesure empêchant les élèves d'aller en cours si elles tombent enceintes.

Le régime tanzanien est accusé de se durcir depuis l'arrivée au pouvoir du président John Magufuli il y a trois ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.