Republier
RDC

RDC: situation toujours tendue à l'université de Kinshasa

L'université de Kinshasa, en République démocratique du Congo.
© PAPY MULONGO / AFP

La situation était encore très volatile samedi soir à l’université de Kinshasa. De nouvelles échauffourées ont eu lieu le matin entre police et étudiants, et la tension est remontée d’un cran en fin d’après-midi. Bilan : un blessé léger côté police, qui a fait usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène, aucun côté étudiants. Un magasin de téléphonie situé sur le campus a également été incendié. A l’origine, ces étudiants manifestaient depuis lundi pour réclamer que la rentrée académique – empêchée par une grève des enseignants ait lieu. Mais depuis que deux étudiants sont morts cette semaine sous les balles de la police, le mouvement a pris une autre tournure.

La colère grandit dans le milieu estudiantin kinois et ne se limite plus à l’université de Kinshasa. Ce samedi des élèves de l’ISTA, l’Institut supérieur des techniques appliquées, ont fait le déplacement jusqu’à l’UNIKIN pour venir grossir les rangs de la manifestation par solidarité, et exprimer eux aussi leur indignation face à la répression policière qui a coûté la vie à deux étudiants cette semaine.

Parallèlement, la liste des revendications de ces étudiants s’allonge de jour en jour. S’ils continuent de réclamer la reprise des cours, plus d’un mois après la date prévue pour la rentrée universitaire, et que les autorités fassent le nécessaire pour mettre fin à la grève de leurs enseignants, ils réclament désormais justice pour leurs camarades décédés.

Ils veulent qu’une audience foraine soit organisée dans l’enceinte même de l’université pour juger les policiers auteurs des balles meurtrières et que l’intégralité des frais d’obsèques soit prise en charge par les autorités, et ils promettent de poursuivre leurs manifestations tant qu’ils n’auront pas entendu gain de cause. Vendredi, le chef de la police de Kinshasa a assuré que l’un des deux policiers avait déjà été arrêté et déféré à l’auditorat militaire.

Le gouvernement s’engage à organiser en janvier une élection pour les recteurs et directeurs généraux des universités, actuellement nommés, et à verser à l’UNIKIN les quelque 30000 dollars promis depuis des mois qui doivent servir à payer un complément de prime pour le personnel.

Reportage: les raisons de la colère
18-11-2018 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.