Republier
Tchad

Tchad: les élections législatives reportées

L'hémicycle de l'Assemblée nationale tchadienne lors d'une séance de questions au gouvernement, à Ndjamena, le 16 novembre 2018.
© © RFI/Aurélie Bazzara

Quand auront lieu les élections législatives au Tchad ? Initialement prévu en 2015, le scrutin a été repoussé à plusieurs reprises par manque de moyens financiers selon le président Idriss Déby Itno. Il avait ensuite annoncé, en avril 2018, que les législatives se tiendraient en novembre 2018. Mais de fait, elles ne pourront pas avoir lieu en raison d’importants retards dans l’organisation du scrutin selon le cadre national de dialogue politique. Selon cet organe composé de membres de la majorité et de l’opposition et mis en place en mai, il est nécessaire d’obtenir un consensus sur les modalités du scrutin pour organiser « des élections apaisées ».

Pour le CNDP (Cadre national de dialogue politique), les élections législatives annoncées en novembre sont, de fait, repoussées. Ali Abel Kram, membre de la majorité au sein de cet organe chargé de discuter des affaires politiques, explique qu’il faut d’abord adopter un nouveau code électoral : « Nous ne pouvons pas au niveau du CNDP avancer une date. Maintenant, nous sommes sur l’avant-projet de l’important code électoral. Nous allons nous réunir en plénière pour trouver justement un consensus. D’ici le mois de décembre, c’est possible que ça parte déjà à l’Assemblée. »

L'étape de la mise en place de la Céni

Autre étape pour la tenue du scrutin, la mise en place de la Commission électorale nationale indépendante. Si la loi sur la Céni vient d’être votée, le CNDP doit s’entendre sur sa composition.

« L’opposition va désigner ces représentants à la Céni, la majorité également. On doit s’entendre pour trouver un président consensuel entre les deux partis. Quand tout cela sera fait, c’est à ce moment que la Céni commencera à travailler », détaille Mahamat Ahmad Alhabo, membre de l’opposition au sein du CNDP.

La question du coût

Reste une question, celle du financement. Les élections législatives devraient coûter 70 milliards de francs CFA selon les autorités, qui affirment ne pas disposer d’une telle somme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.