Republier
RDC Rwanda

RDC: des centaines de combattants FDLR et leurs familles reconduits au Rwanda

Des soldats de l'ONU inspectent des armes des FDLR dans un camp de désarmement.
© AFP PHOTO/JOSE CENDON

La République démocratique du Congo (RDC) a expulsé des centaines de ressortissants rwandais ces derniers jours. Il s'agit d'anciens combattants désarmés du groupe armé FDLR et de membres de leurs familles, installés depuis plusieurs années dans les camps de transit de Kanyabayonga et de Walungu, dans l'est du pays. Ils ont été rapatriés en camion, sous escorte des FARDC, les forces armées congolaises, et emmenés dans le camp de démobilisation de Mutobo, dans le nord du Rwanda. La majorité d'entre eux sont des civils.

La Commission rwandaise de démobilisation et de réintégration dit avoir pris en charge 300 enfants et 95 femmes sur les 700 personnes rapatriées vers le camp du Mutobo. « Le travail que nous faisons maintenant consiste à les tranquilliser, explique Séraphine Mukantabana, la présidente de cette commission. Ils étaient un peu traumatisés à l'idée du retour. Et puis il faut les habituer à la vie au Rwanda ».

Dans un communiqué, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dénoncent des rapatriements forcés. Kinshasa assure de son côté que rien ne justifiait la présence de ces anciens combattants en République démocratique du Congo( RDC).

Evacuation imminente

« Ils ne sont pas réfugiés politiques, ils n'ont pas de visas pour se retrouver en territoire congolais, estime Lambert Mende, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais. Ils ne sont pas congolais. Nous leur avons offert la possibilité de rentrer chez eux dignement et volontairement. Ils n'ont pas saisi cette occasion. Nos populations étaient menacées. C'est notre droit de les mettre à la porte ».

En octobre 2017, la RDC et plusieurs de ses partenaires s'étaient engagés à « achever le rapatriement sans condition des combattants désarmés des FDLR des camps de transit de Kayabayonga, Walungu, et Kisangani au plus tard le 20 octobre 2018 ».

D'après la Mission des Nations unies en RDC, la Monusco et la Commission rwandaise de démobilisation et de réintégration des anciens combattants, l'évacuation du camp de transit congolais de Kisangani est imminente. Aucune information n'a filtré sur la date.

►A (re)lire : Rwanda : que deviennent les combattants FDLR une fois rentrés de RDC ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.