Ghana: les African Music Awards, tremplin de la musique du continent

Davido en concert à Conakry en Guinée. Le chanteur a été nommé meilleur artiste ouest-africain (image d'illustration).
© RFI / Stéphanie Aglietti

Hier, samedi 24 novembre au soir, à Accra se tenait la cinquième édition d’Afrima, les African Music Awards. Nigérian ou Algérien, jeune talent ou star à succès, de Maître Gims à Davido, les artistes du continent s’affrontaient dans plus d'une trentaine de catégories. Mais l'événement est aussi un tremplin pour exporter la musique africaine hors de ses frontières.

Cette longue soirée animée aura eu son lot de vainqueurs ; Davido, nommé meilleur artiste ouest-africain, ou encore Sandra Nankoma, meilleure artiste féminine de l'année. Mais pour l'artiste algérien DJ Moh Green, les trophées d'Afrima sont plus qu'une litanie de récompenses... « C'est énorme, dit-il, parce qu'en fin de compte on réunit tous les pays d'Afrique. J'étais avec des gens du Tchad, etc, on est en train de parler de collaborations. Je suis aussi en train de préparer le son de la CAN 2019 où je mets les grands artistes africains. On a le même message pour faire avancer la musique dans le monde entier et montrer une image de l'Afrique qui est forte. »

Si Gaz Mawete s'est incliné comme artiste prometteur de l'année face au Ghanéen Kuami Eugene, le chanteur congolais ne sera pas venu pour rien : « C'est une grosse lumière sur les artistes. On se voit très facilement ici, on a des échanges directs. En se voyant, on se dit, "ah j'aime bien ton titre Olingi Nini, j'ai vu sur YouTube"... Sur le coup on a eu des idées, pourquoi ne pas faire un truc ensemble. On va booker ça juste après Afrima. C'est plein de collaborations. Je préfère taire encore les noms, mais il y aura des surprises. » Cette année encore, Afrima mettait l'accent sur l'unité africaine à travers les arts.

Une partie du palmarès a été publié par l'AFP : Betty G d'Ethiopie a donc remporté l'album de l'année, tandis que le meilleur DJ africain est allé à Afrotronix, qui a ses racines au Tchad. Le Nigérian Falz a été sacré meilleur rappeur africain après avoir provoqué la controverse cette année avec son « This is Nigeria », reprise du tube de Childish Gambino et satire du Nigeria moderne. « Akwaaba », une collaboration entre GuiltyBeatz, Mr Eazi, Patapaaa et Pappy Kojo a remporté le titre de la chanson de l'année et de la meilleure collaboration africaine.

Le Nigérian 2Baba a obtenu, de son côté, le prix de la meilleure pop africaine, le Ghanéen Stonebwoy du meilleur reggae et le Sud-Africain Sibusiso Mashiloane du meilleur jazz.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.