Burkina Faso: le général Diendéré retourne les accusations contre la hiérarchie

Le général Gilbert Diendéré à l'aéroport de Ouagadougou, le 23 septembre 2015.
© Reuters

Selon l'ex-chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré, le général Gilbert Diendéré, toute l'armée avait décidé d'accompagner le coup d'Etat de septembre 2015 et plusieurs actions ont été posées dans ce sens, notamment la mise à disposition d'un hélicoptère pour transporter du matériel de la frontière ivoirienne. Il assure avoir même demandé au chef d'état-major général des armées au moment des faits de lui proposer des noms des futurs membres du gouvernement de la junte militaire.

Pour sa défense, le général Gilbert Diendéré assure qu'il a pris le pouvoir avec la bénédiction de toute la hiérarchie militaire. Il explique que le texte de la proclamation a été lu et corrigé en présence des chefs militaires et des médiateurs civils. « Si la hiérarchie avait dit non, j'allais refuser de prendre le pouvoir », insiste-il.

« La hiérarchie a été de connivence. On pourrait dire le 16, s'ils ont été surpris. Au moins ils auraient pu prendre des dispositions pour l'arrêter. Mais le 17 ils étaient plus nombreux, ils ont fait venir tout le monde. Et ils ont dit que c'était une affaire de l'armée, ils ne faut pas échouer. Et après, au-delà de tout ça, ils l'ont accompagné dans tout ce qu'il posait comme acte en tant que président », raconte maître Mathieu Somé, l'un des avocats du général Gilbert Diendéré.

Pour maître Séraphin Somé, l'un des avocats des parties civiles, les déclarations de Gilbert Dienderé n'apportent pas toujours la lumière sur les instigateurs ou les commanditaires du coup d'Etat : « On nous avait promis un grand déballage mais en fait de déballage, il n'y a absolument rien. Quand on se réfère aux déclarations qu'il a faites aux temps forts de la crise, nous assistons à un malheureux rétro-pédalage. Et ça, ce n'est pas à son honneur. L'accusation de la hiérarchie militaire viendra. Elle s'expliquera. Mais le sentiment que nous avons aujourd'hui, c'est que nous avons affaire à un officier général qui refuse de s'assumer. »

Après sa narration des faits avec des détails sur les dates et heures des événements, l'ex-chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré sera dès ce mercredi face aux questions du parquet militaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.