Concours Mr et Miss Albinos au Kenya: «La beauté par-delà la couleur»

Les gagnants du concours «Mr et Miss Albinos» deviendront des «ambassadeurs» de la sensibilisation à la cause des albinos dans toute la région.
© Laure Broulard/RFI

Le concours « Mr et Miss Albinos Afrique de l’Est » s’est tenu à Nairobi vendredi 30 novembre. Organisé depuis 2016 par la Société kényane de l’albinisme, l’événement veut lutter contre la stigmatisation et booster l’estime de soi des personnes albinos.

De notre correspondante à Nairobi,

Un à un, ils défilent sur le podium en habits traditionnels ou en robe de soirée à paillettes. Sous les applaudissements, la démarche hésitante et les regards fuyants des premiers instants laissent vite place aux poses sexy et aux sourires ébahis.

Il faut dire que les trente candidats venus du Kenya, d’Ouganda et de Tanzanie se sont entrainés pendant des semaines. Il y a d’abord eu des auditions où les talents des participants ont été passés au crible. Puis la formation au maquillage, à la démarche de mannequin et à l’expression orale. « Ils nous ont aidées à renforcer notre estime de soi. Ce soir nous sommes pleines d’audace, nous sommes fortes et nous sommes prêtes à affronter le public », assure Glory, une jeune candidate ougandaise.

« Ma beauté, ma fierté »

Dans la tente plantée au KICC, le plus grand centre de conférence de Nairobi, on entonne les mots d’ordre de la soirée : « la beauté par-delà la couleur » ou encore « ma beauté, ma fierté ». Le public est composé d’artistes et de politiciens de tous bords, de jeunes étudiants kényans venus par curiosité et de familles, albinos ou non.

« Je veux juste exprimer mon soutien. C’est important de leur dire qu’ils ne sont pas différents de nous », explique Elizabeth Mwangi, venue avec sa nièce. « Moi, je me suis récemment rendu compte qu’il faut respecter les albinos. Avant, je pensais qu’ils étaient d’une autre race », explique de son côté David Ochieng, la vingtaine.

Car ici, chacun est bien conscient que le chemin vers l’acceptation des personnes albinos en Afrique de l’Est est encore long. « Ici les gens pensent que nos ongles et nos cheveux rendent riches, que coucher avec une personne albinos peut guérir du Sida, que nous disparaissons au lieu de mourir comme tout le monde », lâche Obo Sharik, un participant.

Lutter contre les préjugés

Selon la Société kényane pour l’albinisme, de nombreux albinos continuent d’être tués en Afrique de l’Est, par des personnes souhaitant revendre certaines parties de leur corps. C’est ce qui est arrivé au frère de Nixon Lugadiru. Lunettes de soleil et chapeau de cow-boy sur la tête, ce Kényan a fait près de dix heures de bus pour pouvoir assister à l’événement : « la naissance d’une personne albinos est toujours vue comme une malédiction par la communauté. Nous devons lutter contre ces préjugés. Je veux que le monde entier sache que nous, les albinos, sommes des trésors. »

Cette année, l’événement a pour la première fois pris une envergure régionale. En 2016, Mr et Miss Albinos Kenya était une première mondiale. Deux ans plus tard, le mouvement prend de l’ampleur et les mentalités évoluent. Les gagnants de la couronne deviendront ainsi des « ambassadeurs » de la sensibilisation à la cause des albinos dans toute la région.

Un appel

Un projet qui fait la fierté d’Isaac Mwaura. Il est le directeur de la Société kényane pour l’albinisme ainsi que le premier albinos à avoir été élu au Parlement kényan. « C’est un appel. Nous voulons que les gens agissent. Les albinos continuent d’être représentés très négativement dans la littérature et dans les films, partout dans le monde » explique-t-il.

Le sénateur se réjouit du succès de l’évènement qui a attiré plusieurs centaines de personnes. Le sénateur espère maintenant inclure le Rwanda, le Burundi et le Soudan du Sud l’année prochaine et rêve d’un concours de « Mr et Miss Albinos » pour tout le continent africain.

Les participants au concours suivent une formation au maquillage, à la démarche de mannequin et à l’expression orale. © Laure Broulard/RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.