Afrique: des documents révèlent l'impressionnante présence militaire américaine

Mali. Un militaire américain du Partenariat transaharien contre le terrorisme. Initiative du gouvernement américain, il vise à combattre le terrorisme, développer l’assistance militaire et promeut l'échange d'informations entre les pays de la zone.
© (CC) Roy Santana/US Army

La présence militaire américaine en Afrique est bien plus importante que ne l'affirme le Pentagone. Africom disposerait d'au moins 34 sites sur le continent, selon des documents officiels compilés par The Intercept. Pour ces révélations, ce magazine en ligne spécialiste de l'investigation n'a eu qu'à faire jouer la loi sur la liberté de l'information pour obtenir des données parfois à contre-courant du discours officiel.

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Africom dispose de cinq sites au Niger et en Somalie, quatre au Kenya mais également deux au Cameroun et au Mali. Si l'on savait les Américains militairement présents dans ces pays, on ignorait qu'ils y étaient aussi implantés.

Au total, 34 bases, 14 principales et 20 autres plus ou moins équipées, plus ou moins visibles, sont disséminées autour du camp Lemonnier de Djibouti, principale structure du continent hébergeant 4000 militaires. Elles se trouvent essentiellement à l'ouest pour les opérations dans le Sahel, dans la Corne de l'Afrique, et en Libye, trois zones où les Etats-Unis participent à la lutte contre le terrorisme.

Future grande base au Niger

En Afrique centrale, on ne recense qu'une base, essentiellement aérienne, en Ouganda, et plus au sud, une seule autre, au Botswana. Les documents d'Africom montrent surtout le poids grandissant des drones, qui permettent des missions aussi bien d'attaques que de surveillance.

La plus grande base du monde se trouverait actuellement à Djibouti, et sera bientôt dépassée par une autre au Niger.

Même si les Etats-Unis ont récemment annoncé baisser de 10 % le nombre de leurs militaires présents sur le sol africain, leur capacité d'action ne sera pas forcément réduite pour autant. D'autant qu'ils ne prévoient finalement la fermeture d'aucune base.

John Wayne Troxell : « Nous voulons renforcer les capacités de nos partenaires africains »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.