Somalie: la diplomatie américaine rouvre une ambassade après 28 ans d'absence

Le retour de la diplomatie américaine à Mogadiscio signifie que Washington estime que la sécurité de la capitale s'est améliorée (photo d'illustration)
© REUTERS/Feisal Omar

Les Américains rouvrent une ambassade en Somalie, vingt-huit ans après avoir fermé leur représentation diplomatique. En 1991, la guerre civile faisait rage à Mogadiscio, la capitale. Washington avait dû fermer son ambassade en catastrophe. Cette annonce d’une réouverture confirme le retour d’une sécurité relative dans le pays.

5 janvier 1991 : les combats entre des rebelles et le pouvoir de Siad Barré font rage dans Mogadiscio. Washington décide de fermer son ambassade. L’ambassadeur et son équipe sont exfiltrés par hélicoptère. Vingt-huit ans plus tard, une représentation diplomatique va rouvrir dans la capitale. Un « événement historique » selon le département d’État et « qui reflète les progrès de la Somalie ces dernières années », dit-il.

Donald Yamamoto, le nouvel ambassadeur, nommé le mois dernier, va donc déménager et quitter ses bureaux de Nairobi. Depuis longtemps, les Américains sont prudents avec leur engagement en Somalie. Notamment depuis 1993 et la mort de dix-huit membres des forces spéciales à Mogadiscio. Mais depuis, les islamistes shebabs ont été chassés de la ville. Même s’ils commettent régulièrement des attentats, la sécurité de la capitale s’est améliorée.

Les investissements reviennent peu à peu. En septembre, la Banque mondiale et l’Union européenne ont accordé des financements inédits au gouvernement fédéral. Enfin cette réouverture poursuit, sur le plan diplomatique, l’esprit offensif de l’administration Trump en Somalie. En mars 2017, le président américain a intensifié les opérations militaires contre les shebabs et notamment les bombardements aériens. On en compte près d’une trentaine depuis le début de l’année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.