Congo: l’Etat a désormais ses avocats au procès de l'affaire Chacona

Le tribunal de Brazzaville (photo d'illustration).
© GUY-GERVAIS KITINA / AFP

L'Etat congolais, cité à comparaître comme civilement responsable au procès des treize jeunes morts dans le commissariat de Chacona en juillet dernier, a désormais ses avocats. Ils se sont constitués jeudi 6 décembre en pleine audience et ont obtenu le report du procès au 20 décembre pour prendre connaissance du dossier. Une démarche boudée par les avocats de la partie civile et leurs clients qui veulent voir six policiers inculpés dans cette affaire être jugés au plus vite. Compte rendu de l'audience.

« On a comme l'impression que ces juges et ces avocats (de l'Etat) cherchent à nous vider nos poches. Combien de fois allons-nous payer le transport pour venir suivre les audiences d'un procès qui va de report en report », a dit un peu désemparé un parent de victime au sortir de la salle d'audience.

Peu avant, il a suivi dans la salle d'audience archicomble comment deux avocats se sont constitués pour défendre l'Etat. Ces avocats de l'Etat ont demandé et obtenu le report de l'affaire au 20 décembre ; question de leur permettre de prendre connaissance du dossier.

Il s'agit d'une démarche dilatoire parce que l'affaire des treize jeunes retrouvés morts au commissariat de Chacona n'échappe pas du tout à l'Etat, selon Me Steve Bagne de la partie civile. « L'Etat a l'entier dossier. Ils vont de report en report, c'est une façon de retarder la procédure. C'est du dilatoire. Mais, nous savons que, quelle que soit la durée de la nuit le soleil apparaîtra », a dit Me Bagne.

De leur côté les avocats de la défense ont sollicité une fois de plus la mise en liberté provisoire de leurs clients accusés notamment d'homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. Mais, ils n'ont pas obtenu gain de cause.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.