La rumeur sur le clone de Buhari laisse un goût amer aux Nigérians

Muhammadu Buhari, le président nigérian, fait un discours à l'occasion de la COP 24 à Katowice, le 3 décembre 2018.
© REUTERS/Kacper Pempe

Le président du Nigeria a démenti les rumeurs issues des réseaux sociaux qui annonçaient sa mort et son remplacement par un clone. Muhamadu Buhari a fait une déclaration pour le moins surprenante et cela a suscité diverses moqueries à travers le web.

« Je suis vraiment moi, je vous assure ! »  avait clamé dimanche dernier, Muhammadu Buhari en Pologne,  en marge de la COP24. Le président du Nigeria avait ainsi voulu couper court aux folles rumeurs affirmant qu'il était décédé, remplacé par un sosie, voire même un clone.

Des rumeurs largement relayées par des opposants à quelques semaines de la présidentielle. C'est ainsi que l'ancien ministre, Femi Fani-Kayode avait tweeté à ses 760 000 abonnés que le président Buhari n'était jamais revenu vivant de sa convalescence à Londres en 2017. Et ce jeudi matin, ce même Femi Fani-Kayode déplore toujours sur Twitter que « le Nigeria soit devenu la risée et la cible de blagues cruelles sur les "clones" dans le monde entier au cours des derniers jours. C'est insupportable et honteux. »

Un sketch d'une TV américaine moquant Buhari fait polémique

Le Nigeria et son président sont la cible de moqueries de la télé américaine. L'un des sketches diffusés sur la chaine Comedy Central a été vu près de 360 000 fois sur les réseaux sociaux. Le comédien imite l'accent nigérian puis il déclare que « si la CIA voulait tester ce type de technologie, il le ferait sur quelqu'un qui n'a pas d'importance. Le président du Nigeria, bien sûr ! ».

Une blague qui fait grincer des dents. Beaucoup de nigérians se sont sentis humiliés. « Nous sommes insultés », écrit l'un d'eux sur Twitter. « Je n'aime pas Buhari, mais cela me rend triste, ils n'ont aucun respect pour le Nigeria », réagit un autre sur Facebook. 

Plusieurs opposants au président, qui avaient largement relayé la rumeur, surfent maintenant sur la polémique, à quelques semaines de la présidentielle. Parmi eux, l'ancien ministre de la culture, Femi Fani-Kayode qui appelle Muhammadu Buhari à faire une déclaration sur les chaines de télévision nationale pour éclaircir la situation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.