Republier
Madagascar

Présidentielle à Madagascar: quelles différences entre les programmes?

Andry Rajoelina (D) et Marc Ravalomanana (G).
© THOMAS SAMSON, SIMON MAINA, RIJASOLO / AFP

A Madagascar, les clans des deux candidats à l’élection présidentielle ont pu tour à tour présenter au public leur programme au cours de deux débats d’idées, organisés par la Friedrich Ebert Fondation. Le principe : des représentants de chaque parti étaient questionnés tantôt par le public, tantôt par deux intervieweurs, sur le thème : « Quel programme pour la relance de Madagascar ? » Les finalistes du second tour sont actuellement critiqués pour ne laisser filtrer que de rares informations au sujet de leur programme, au point d’être soupçonnés de ne pas en avoir réellement. Ces débats ont-ils permis d’y voir plus clair ?

Andry Rajoelina prévoit, s’il est élu, de maintenir les lois sur les grands investissements miniers, attractifs pour les investisseurs étrangers, mais de revoir le pourcentage des redevances de ces multinationales pour accroître les recettes de l’Etat. Marc Ravalomanana, lui, souhaite créer une banque nationale qui facilite l’accès aux prêts, avec des taux de remboursement faibles (inférieurs aux taux actuels), pour financer les projets des entrepreneurs, et ainsi diminuer le taux élevé de chômage des jeunes.

Les candidats garantissent tous deux, à leur manière, un avenir meilleur aux Malgaches. Mais face aux promesses d’Andry Rajoelina de constructions de villes nouvelles dans chaque région, ou aux projets, certes moins pharaoniques mais tout aussi ambitieux de Marc Ravalomanana, systématiquement les mêmes questions : combien cela va-t-il coûter ? Qui va payer ? Et avec quelle contrepartie ?

« Durant le débat, la provenance des financements a toujours été tenue secrète », explique Pascal Rasaony, analyste politique. « On nous explique qu’il y a déjà des partenaires prêts à financer ces grands projets, mais tout ça reste très opaque. Y a-t-il eu des appels d’offres ? Les représentants des candidats bottent en touche. » Pour Lova Rabary-Rakotondravony, journaliste et juriste, la seconde intervieweuse, « Rajoelina énonce ce que le peuple a envie d’entendre. Son programme est populiste. Celui de Ravalomanana est plus réaliste, plus pragmatique ». Il annonce notamment, rappelle la journaliste, « vouloir continuer à recourir aux aides internationales notamment pour les projets sociaux et d’infrastructures. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.