RD Congo: en campagne électorale, Fayulu harangue le Kivu, Shadary, les jeunes

Le candidat Martin Fayulu à Goma, le 6 décembre 2018.
© REUTERS/Samuel Mambo

A deux semaines des élections présidentielles, le 23 décembre, la campagne électorale en République démocratique du Congo se poursuit. Les candidats poursuivent leur meeting à l'intérieur du pays. Jeudi, Martin Fayulu, le candidat d'une frange de l'opposition, était à Goma. Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat de la coalition au pouvoir, a lui bouclé, sa tournée au nord du pays avec un meeting à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur.

La campagne électorale bat son plein en République démocratique du Congo. Martin Fayulu, le candidat d'une frange de l'opposition, a dressé un tableau très sombre du bilan des années Kabila et promis aux populations du Nord-Kivu de mettre fin à leurs souffrances. « Vous avez beaucoup souffert. Les vingt années du régime Kabila ont fait payer au peuple du Nord-Kivu un prix indescriptible. L’insécurité, l’absence de l’Etat de droit, aucune loi de la république est respectée, la Constitution est foulée au pied, le régime qu’on est en train de faire partir a battu le record de corruption. Le peuple congolais ne mange pas à sa faim, le peuple congolais ne peut pas se soigner. Les parents ne peuvent pas envoyer les enfants à l’école. Est-ce que ça doit continuer ? Nous allons arrêter ça. »

Le candidat de la coalition Lakuma est attendu vendredi à Bunia.

« Ils veulent les troubles, que le sang coule »

De son côté, Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat du Front commun pour le Congo, la coalition au pouvoir, a fini sa tournée au nord du pays avec un meeting à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur. Dans son discours, il a notamment demandé aux jeunes d’apporter leur soutien à la sécurisation du vote du 23 décembre. Il réagissait, sans le citer, à la position de l’opposant Martin Fayulu, très hostile à l’usage de la machine à voter. « Ils ont dit qu’ils vont brûler installations de la Commission électorale nationale indépendante. Est-ce que vous m’entendez ? Les jeunes, est-ce que vous m’entendez ? Nous devons aller aux élections. Eux, ils veulent les troubles, que le sang coule. Je vous remercie parce que vous m’avez accueilli. Allez protéger les installations de la Ceni. Vous allez protéger les bureaux de vote. Vous allez sécuriser le processus électoral. Le 21, 22, 23 décembre, vous allez protéger les matériels. Et à la fin, Shadary sera proclamé président. »

Le candidat de la majorité poursuivra sa tournée dans les provinces du sud-ouest du pays, dès la semaine prochaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.