Republier
Togo

Législatives au Togo: deux morts dans une manifestation de l'opposition

Vue de la ville de Lomé, au Togo, en octobre 2017 (image d'illustration).
© AFP/Yannick Folly

Pendant que la campagne législative bat son plein, les candidats sont dans les arènes pour convaincre les électeurs, ce samedi 8 décembre la coalition de l'opposition devait démarrer dix jours de contre-campagne, interdite par le gouvernement. L’opposition dénonce des irrégularités dans le processus électoral et demande un report du scrutin qui doit avoir lieu le 20 décembre. A l'issue des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à Togblekopé dans la banlieue nord de Lomé, on dénombre deux morts, dont un enfant.

La tension était perceptible tôt le matin ; plusieurs patrouilles de militaires et de forces de l'ordre étaient déployées en nombre à travers la ville. Le siège de la Convention démocratique des peuples africains qui devait servir de point de rassemblement pour la contre-campagne interdite est rapidement encerclé, des policiers munis de matraque montaient la garde, des camions et des lances à eau étaient en position. Dés 10h du matin des manifestants - jeunes pour la plupart - ont bloqués les rues, érigé des barricades et brulé des pneus. Ils ont été dispersés quelques heures plus tard par l’armée et la gendarmerie

D'autres quartiers, dans lesquels des barricades ont été posées, sont vite dégagés par la police et la gendarmerie. C'est donc à Togblékopé à la sortie nord de Lomé  que des barricades érigées ont entraîné des échauffourées entre forces de l'ordre et manifestants sur la route nationale N°1.

Deux morts dont un mineur

On annonce deux morts dans la zone, dont un jeune de 17 ans, Idrissou Moufidou, apprenti mécanicien tué par balle. Il aurait été tué par balle, selon un communiqué du gouvernement, par des individus à bord d'un véhicule non immatriculé. La police est à la recherche du véhicule et de ses occupants, ajoute le communiqué précisant que l'armée n'a pas fait usage d'armes à feu.

Une version rejetée par l’opposition. Selon Jean-Pierre Fabre, président d’une coalition de parti d’opposition qui a appelé à descendre dans la rue, le gouvernement est embarrassé et tente de minimiser ces incidents. « Nous allons continuer à manifester, ajoute le chef de l’opposition. C’est le seul recours auquel nous ayons accès pour dénoncer ces élections ».

Ailleurs dans le pays, des jeunes ont également tenté de se rassembler à Sokodé et à Bafilo, dans le nord, sans succès, l’armée s’étant déployée dès les premières heures du jour. Amnesty International a en outre appelé à une enquête indépendante concernant la mort du jeune mineur.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.