L’UE va examiner une prolongation de ses sanctions contre 16 officiels congolais

Emmanuel Ramazani Shadary, est le candidat de la majorité à l'élection présidentielle et il fait partie des 16 personnalités congolaises visées par des sanctions de l'UE.
© Junior D. KANNAH / AFP

A l'approche du Conseil des Affaires étrangères de l'UE qui doit confirmer lundi 10 décembre la prolongation des sanctions contre 16 officiels congolais, les appels au maintien se multiplient. Parmi les 16 personnes concernées, figure le candidat du Front commun pour la Congo, la plateforme électorale créé par le sortant Joseph Kabila. Pour Kinshasa, ces sanctions sont politiques et sont « un cas flagrant d’ingérence inacceptable dans le processus électoral congolais de la part de l’UE », puisque le candidat du régime ne peut pas se rendre en Europe pour rencontrer ses partenaires.

Dans son combat contre les sanctions européennes, le gouvernement congolais avait reçu un soutien de poids. Lors du Conseil paix et sécurité le 19 novembre dernier, les chefs d'Etat de l'Union africaine avaient appelé à la levée de toutes les sanctions individuelles contre des personnalités congolaises, afin « de créer un environnement propice à la tenue d'élections libres, transparentes et apaisées ».

Pour les organisations de défense des droits de l'homme, comme Human Rights Watch, la Ligue des électeurs, l'Asadho et même la FIDH, c'est tout le contraire, c'est parce que la répression est toujours aussi forte qu'il faut maintenir les sanctions.

La crainte de représailles de Kinshasa

« Les conditions politiques et sécuritaires qui avaient prévalu à l’adoption de ces sanctions par l’Union européenne continuent de persister encore aujourd’hui, explique Tchérina Jerolon l’une des responsables Afrique à la FIDH. Pour nous, qu’Emmanuel Shadary soit aujourd’hui candidat du parti au pouvoir ne doit pas l’absoudre de ses responsabilités et absoudre aussi l’Union européenne de sa responsabilité de faire preuve de cohérence dans son action ».

Lundi 10 décembre, ces sanctions devraient être renouvelées et certaines sources diplomatiques disent craindre des représailles du gouvernement congolais. Même si déjà, du côté de l'UE, on promet à Kinshasa de réexaminer cette situation dans les mois qui vont suivre les élections.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.