Gabon: petite mobilisation pour la grève des fonctionnaires

Une rue de Libreville au Gabon.
© Flickr / Ryan / Creative Commons

Au Gabon, c'était la première journée d'une grève d'avertissement de trois jours déclenchée par Dynamique unitaire, la plus grande centrale syndicale des fonctionnaires. Les syndicalistes exigent l'annulation des mesures d'austérité prises par le gouvernement en juillet dernier afin de redresser l'économie du pays. Ils réclament aussi le respect de la Constitution et la démission de la présidente de la Cour constitutionnelle pour avoir modifié cette Constitution, mais les fonctionnaires gabonais ne se sont pas véritablement mobilisés.

C'est le milieu de l’après-midi au centre-ville de la capitale gabonaise. Une infirmière du CHU de Libreville se précipite dans un taxi-bus : « En tant que personnel de santé, la grève n’était pas affichée chez nous. Je ne l’ai pas vue en tout cas, on a travaillé. Nous ne sommes pas en grève », nous assure t-elle.

Comme elle, beaucoup de fonctionnaires ne savaient pas qu’il y avait un mot d’ordre de grève. Comme ce chef de service au ministère de l’Education nationale : « Tout le monde était présent à son poste. Pas de grève. Ceux qui veulent faire la grève, qu'ils fassent la grève...».

Cette jeune cadre au ministère du Budget affirme avoir arrêté de travailler pour que les mesures d’austérité contre les travailleurs ne soient pas appliquées : « On suivait le mouvement et nous étions là de façon pacifique ».

La première journée de la grève a été un succès s’est réjoui pour sa part Chantal Makosso, troisième vice-président de Dynamique unitaire : « La grève a été suivie à 70-75%. Maintenant ceux qui disent que la grève n’a pas été suivie, ce sont ceux qui font partie des 25 et 30% qui n’ont pas suivi la grève ».

Le bureau du syndicat a été longuement reçu en fin d’après-midi par le vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou. Le bureau convoque tous les fonctionnaires à une assemblée générale mercredi prochain pour approuver ou rejeter le projet de sortie de crise suggéré par le vice-président de la République.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.