Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: les débuts de l'industrie du cannabis

Boissons énergisantes à base de cannabis sur un stand de l'exposition qui se tient à Pretoria, le 13 décembre 2018.
© REUTERS Siphiwe Sibeko

La première grande exposition sur le cannabis du continent africain se tient actuellement à Pretoria pendant quatre jours. C’est également la première exposition depuis que la justice sud-africaine a décriminalisé l’usage récréatif du cannabis en septembre. La culture à grande échelle et le cannabis médical ne sont pas non plus complètement interdits. C’est tout un nouveau marché qui s’ouvre pour les fermiers et les pharmaciens du pays, bien décidés à pousser le gouvernement sud-africain à libéraliser le secteur.

Au salon de Pretoria, impossible d’acheter des feuilles de cannabis pour les particuliers. La vente est encore interdite. Dans les allées, on trouve plutôt des engrais agricoles, de l’huile de cannabis, ou encore des crèmes de massage à base de cannabis, comme sur le stand de Matti Trish Kabi, venu du Lesotho.

« C’est bien sûr une combinaison gagnante, à la fois pour la santé publique et pour l’économie. Je pousse les individus et les gouvernements à s’aventurer et légaliser le cannabis. Nous travaillons dans le cadre de la loi et faisons attention que notre économie en profite », explique-t-il.

Le Lesotho est le premier pays africain à légaliser l’usage médical du cannabis. Un business qui s’avère juteux : Matti vend des pots de crème de 100 ml à plus de 60 euros.

« Le cannabis sera vendu comme le café ou le tabac »

Pour l’ingénieur Peter-William Nel, il y a encore tout à faire sur le marché en Afrique du Sud : « Il y a de quoi faire de l’argent. Le cannabis sera vendu comme le café ou le tabac. En Afrique, il y a un risque de privatisation du marché à cause des hauts coûts de production. Donc les prochaines années seront intéressantes. »

L’ensemble des exposants espère un assouplissement des régulations de la part du gouvernement sud-africain pour cultiver, produire et vendre à grande échelle. A l'image de Silas Howarth, l’organisateur du salon : « Beaucoup d’entreprises sud-africaines sont présentes dans des projets agricoles au Lesotho ou au Zimbabwe. Je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que le gouvernement sud-africain réalise le potentiel du marché et suive la marche. »

Depuis la décriminalisation en septembre, l’intérêt explose en Afrique du Sud. Plus de 100 fermiers ont demandé des permis d’exploitation de cannabis.

Le site officiel The Cannabis Expo 2018

L'activiste sud-africain Steven Thapelo Khundu qui milite en faveur de la légalisation commerciale du cannabis a distribué du cannabis à l'entrée de l'exposition. © REUTERS Siphiwe Sibeko

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.