Republier
Kenya Culture

A l'Alliance française de Nairobi, la tradition africaine du conte à l’honneur

Nairobi, capitale du Kenya (image d'illustration).
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

A Nairobi, c'est deuxième édition ce week-end du festival Le conte ré-imaginé à l’Alliance française. L’événement, qui a rassemblé des conteurs et griots venus de tout le Continent, veut préserver la tradition du conte tout en la modernisant. Et hier, les conteurs kényans étaient à l’honneur.

Devant un public ravi, l’auteure Muthoni Garland raconte un mythe fondateur de la tribu kamba, réécrit et transformé : « Selon la mythologie kamba, la tribu serait issue d’une femme éléphant. Et j’aime raconter cette histoire à la manière de ma grand-mère, en posant des questions ouvertes au public. Donc avec cette histoire, je leur demande : "de qui êtes-vous les descendants ?" »

« Les Africains existent depuis plus de 200 000 ans »

Pour les participants, le conte est donc avant tout une manière de redécouvrir son histoire, et de la partager. La jeune poète kényane Wangui wa Kamonji trouve son inspiration dans des sites archéologiques africains qu’elle a longtemps étudié et imagine par exemple la genèse de peintures rupestres : « Les histoires africaines sont souvent laissées de côté. Et c’est dérangeant, car les Africains existent depuis plus de 200 000 ans. Nos histoires sont donc extrêmement riches ! Il n’est pas normal que le monde ne les connaisse pas et que même les africains les ignorent. »

« Nous devons aussi conter de nouvelles histoires »
 
Pour l’organisatrice du festival Maimouna Jallow, il y a urgence. Sans ce genre d’événement, la tradition orale de nombreux pays africains risque de sombrer dans l’oubli : « Quand j’ai commencé ce projet, je me suis rendue dans plusieurs villages en demandant aux gens de me raconter les histoires de leur enfance dont ils se souvenait. La plupart ne s’en rappelaient aucune. Donc le temps presse. Mais je pense que nous devons aussi conter de nouvelles histoires, pour toucher la jeune génération. »

Maimouna Jallow a ainsi lancé hier un recueil de contes africains modernes avec des références à YouTube, Beyonce ou encore à la famille Obama.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.