Gambie: le syndicat des journalistes rend hommage à Deyda Hydara

De gauche à droite: Pap Saine, cofondateur du journal «The Point», le ministre de la Justice Abubacarr Tambadou, Sheriff Bojang, président du syndicat des journalistes, et Baba Hydara, le 16 décembre à Banjul.
© RFI/Claire Bargelès

Le 16 décembre est une date douloureuse pour les journalistes gambiens. Il y a quatorze ans, sous le régime de Yahya Jammeh, l’une des figures de la profession, Deyda Hydara, était assassiné par balles près de Banjul, dans sa voiture. Il était le cofondateur du journal indépendant The Point, ainsi que le correspondant de l’AFP et de Reporters sans frontières en Gambie. C’est avec une certaine émotion que le syndicat des journalistes gambien a organisé une conférence dimanche, pour lui rendre hommage et faire le point sur l’enquête.

Qu’ils aient été amis avec Deyda Hydara, ou simplement influencés par son travail, les journalistes dans la salle commémorent cette date avec tristesse. Selon Sheriff Bojang, le président du syndicat des journalistes, la profession lui doit beaucoup : « Il savait que la dictature n'allait pas disparaître naturellement, qu'il fallait que quelqu'un prenne position, se batte et sacrifie sa vie. Il aurait pu se soucier moins de vous, de moi, de cette profession, mais non, ça lui importait. »

Cette année, le gouvernement gambien, condamné par la Cédéao à payer quelque 45 000 euros à la famille de Deyda Hydara, a débloqué la moitié de la somme. Mais pour son fils, Baba, il ne faut pas relâcher les efforts sur le volet judiciaire : « C'est toujours difficile, même 14 ans après, on a l'impression que c'était hier. Ce que je veux savoir, c'est qui a commandité. Tous ceux qui ont fait quelque chose pour que ce drame se produise doivent être traînés en justice. »

Le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, est convaincu que la vérité sur la mort du journaliste sera bientôt établie : « Il y aura notamment le travail de la commission vérité. Et la police a lancé une enquête, avec l'émission de mandats d'arrêt contre des personnes liées au dossier. On va établir la vérité de façon publique, transparente et impartiale. »

Le ministre a aussi promis que la réforme des lois sur les médias sera présentée très prochainement devant l’Assemblée nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.